« Rugby | Accueil | Directive "Bolkestein" »

02/03/2005

référendum sur la constitution européenne

Images_11 Communiqué du NPS suite à la décision d'Henri Emmanuelli d'entrer en campagne publique pour le "non" au traité constitutionnel européen.

Henri Emmanuelli a annoncé aujourd'hui qu'il s'engageait publiquement dans la campagne en faveur du "non" à la Constitution européenne. Chacun comprendra que pour des raisons de principe liées à notre conception de la démocratie militante, et malgré les nombreuses convergences d'analyse qui sont les nôtres avec Henri Emmanuelli, nous ne pouvons approuver cette décision. Notre attachement à poursuivre la refondation du projet socialiste pour répondre à la crise économique, sociale et démocratique reste intact. Cette exigence a toujours besoin d'Henri Emmanuelli et des militants du courant Nouveau Monde. Enfin si nous n'approuvons pas et si nous regrettons cette décision personnelle, toutefois nous la respectons pleinement parce que nous la savons fondée sur la seule sincérité de convictions indiscutables et profondes.

Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon

Posted by Benoit Hamon on mars 2, 2005 at 02:36 PM dans Témoignages | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d8343f852053ef

Listed below are links to weblogs that reference référendum sur la constitution européenne:

Commentaires

dites plutot que vous tentez un rapprochement avec f hollande !!!!

Rédigé par : gaucho | 2 mar 2005 20:29:53

Faut lire ce qui est écrit, pas ce que vous avez envie d'entendre.

Rédigé par : Benoit Hamon | 3 mar 2005 09:14:21

Henri qui n'est pas un carrieriste et ne vise aucun mandat présidentiel en 2007 exprime la pensée de millions de français qui ne perçoivent aucune amélioration dans leur vie quotidienne.

Services publics à minima, aucune solution pour l'emploi, 48H00 de durée légale du travail en Europe, règlementation tatillonne, campagnes de prévention qui ne sont pretexes qu'à nous annoncer une santé à 2 voir 3 vitesses, immigration "souhaitée".

Il suffit d'ajouter que certains commissaires qui préconisent la délocalisation comme une chance pour avoir un tableau complet de ce que le plébicite du OUI autoriserait !!!!

Les français n'ont jamais demandé à leurs élus de mettre en place une europe à 25 et bientôt 27 !!!

N'oubions jamais ce que disait De Gaulle (dont je n'étais pas fan) L'Europe, l'europe, il ne suffi pas de pronnoncer le mot pour que les français se mettent à sauter comme des cabris.

Rédigé par : jbenard | 3 mar 2005 15:09:52

La discipline dans un parti est l'état normal et son unité doit ête sévèrement préservée contre les défections égoistes qu'inspirent des intérêts, des ambitions et des tentations de toute espèce.

Léon Blum, A l'échelle humaine.
Bon nombre de camarades, minoritaires comme majoritaires, devraient méditer un petit peu les propos de nos grands anciens, en cette année de centenaire...

Rédigé par : Gwenegan BUI | 3 mar 2005 19:02:02

La discipline s'impose lorsqu'un parti politique est peuplé de godillot comme l'ancien RPR et aujourd'hui l'UMP.

Toutefois un certain N. Sarkozy n'a t 'il pas évoqué à plusieurs reprises le PS en exemple pour ce qui concerne sa démocratie interne ? Certes la référence n'est pas notre, mais qui peut se passer de "courants"

La richesse d'un mouvement politique se compose essentiellement des différentes sensibilités et options qui permettent de trouver des voies originales ou inédites.

Il y a beaucoup plus à gagner au PS à rejoindre la ligne officielle qu' à s'en éloigner. Je situe l'ambition et le carriérisme dans la façon de "manger son chapeau" alors qu'on est opposé à la validation du projet de constitution.

Si les combats les plus beaux sont les plus désespérés, il y a plus de gloire à "mourir" sur la barricade que d'en avoir révé.

Amicalement

Jbenard

Rédigé par : Jbenard | 4 mar 2005 11:12:36

Si tu meurs sur la barricade, tu n'en élèveras pas d'autres.

Rédigé par : Ariane | 5 mar 2005 11:06:10

Moi je crois dans le vote et dans l'action collective. Avec d'autres nous avons tenté de convaincre notre Parti et nous n'y sommes pas arrivé. C'est un fait.
Mais parce que je ne crois jamais avoir raison seul (enfin la plupart du temps)je respecte la décision de la majorité des militants socialistes.
Je ne ferais pas la campagne c'est tout et demain je reconstruirais des barricades contre l'orientation actuelle du parti

Rédigé par : Sylvain29 | 5 mar 2005 18:39:33

Et bien moi qui suis un militant NPS, je suis extrémement mal à l'aise de ne pouvoir intervenir dans un débat qui engage notre avenir. je redoute les conséquences pour notre courant d'être absent de la scène politique à ce moment crucial, et l'argument de la discipline me parait bien dérisoire face à l'enjeu. Ne sommes-nous pas en train de commettre une erreur politique majeure ?

Rédigé par : michel moine, maire d'Aubusson | 7 mar 2005 00:00:25

Je partage l'avis de Michel.

L'UMP qui n'y croit pas plus que tout le monde va surtout laisser le Parti Socialiste faire le travail et ne pourra que se féliciter du résultat.

Il est par ailleurs probable que tout le monde se satisfera d'un non des britanniques qui arrangera bien la classe politique française.

Mon constat est que les tenants du oui ont raison et que les tenants du non également.

Les seules victimes resteront les français qui sentent bien qu'ils doivent d'une façon ou d'une autre être les dindons de la farce communautaire et que les usines parties à l'étranger ne reviendront pas.

La globalisation ne suffisait pas aux lobbies industriels, il leur fallait une délocalisation de proximité. Ils l'auront !!!

Il reste maintenant à inventer un monde différent dans lequel les socio démocrates européens se rallieront aux thèses des socialistes français et gagneront les élections dans chacun de leurs pays.

A cette condition, le Parti Socialiste pourra expliquer aux français pourquoi il fallait voter oui. Dans le cas contraire, je crains que le "terrain" ne sanctionne durement les élus pour leur avoir fait voter un texte qui leur apporte un peu de moins d'emploi et un peu plus de difficultés.

Personne ne veut de cette Europe qui se définit comme un grand marché libre de contrainte et aspirateur à intégration.

Nous n'avons ps encore intégré les ancien PECO que se profile Roumanie et Bulgarie. Nous savons tous que la Turquie (avec tout le respect que je dois à ce peuple) sera des notres et que la pression venue de l'Ukraine et de la Moldavie nous aménera à récréer le modèle américain.

Les USA fabriquent quantité de biens au Mexique et de plus en plus en Chine, les européens en feront de même avec leurs pays membres à peine en voie de dévellopement.

Celà me semble bien loin de l'idéal des pères fondateurs ?


Rédigé par : Jbenard | 7 mar 2005 11:55:16

Pour répondre à Michel, le choix de l'orientation du parti est à mon avis un erreur politique majeure mais le choix de NPS de respecter le parti n'en est pas une. Même si ca n'est pas agréable de devoir rester silencieux, en tant que socialistes, dans cette campagne, je n'accepte pas plus les sorties médiatiques de certains camarades du Non que je n'aurais accepté celles des camarades du Oui si le non l'avait emporté le 1er décembre.

Nous le savons, cracher sur le parti ne fait que l'affaiblir, alors faisons campagne dans nos syndicats, associations, mais pas en tant que socialistes. Parce que nous croyons encore dans l'utilité de la famille socialiste (sinon, mieux vaut partir tout de suite), gardons l'etiquette socialiste de coté pour cette campagne, afin de pouvoir continuer à faire progresser nos idées ensuite.

Rédigé par : JavoueouChiche | 7 mar 2005 14:05:55

"faisons campagne dans nos syndicats, associations, mais pas en tant que socialistes. Parce que nous croyons encore dans l'utilité de la famille socialiste (sinon, mieux vaut partir tout de suite), gardons l'etiquette socialiste de coté pour cette campagne, afin de pouvoir continuer à faire progresser nos idées ensuite."

Crois tu vraiment que les sanctions inévitables qui ponctueront la fin de la campagne et de la victoire possible du oui ne laisseront pas de traces dans le Parti ?

Un combat encore plus fratricide ne nous atend t il pas pour l'échéance 2007 ?

La direction du Parti socialiste forte d'un résultat positif au référendum ne se sentira t elle pas plus forte pour nous imposer un candidat socio démocrate ?

C'était quoi un de nos précédents slogans : "changer la vie " ?

Rédigé par : Jbenard | 7 mar 2005 14:42:33

Je rejoins entièrement la position de Jbenard, nous devons respecter le résultat du référendum, mais nous pouvons, me semble-t-il, avoir d'autre cadres pour faire campagne contre la constitution dans nos syndicats et associations. Tout ceci est très délicat à vrai dire... Et il m'est très difficile, en tant que militante NG, d'avoir a subir les critiques des militants NM sur ce sujet.

Rédigé par : Nathalie33 | 8 mar 2005 17:37:31

Hiers soir réunion de notre collectif des motions minoritaires
En gros, ceux qui envisagent de continuer au PS quel que soit le résultat du référendum donnerons un coup de main sans se montrer, et ceux qui sortirons du PS en cas de victoire du oui ferons ouvertement campagne pour le non (la majorité en fait, qui est dans l'attente de la création d'un parti entre le PS et le PC).
Les différentes positions sont motivées.
En fait la grosse erreur a été d'accepter le référendum interne imposé par Hollande, il savait ce qu'il faisait
Maintenant le mystère c'est la motivation de gens qui se disent de gauche pour soutenir ce torchon constitutionnel
A bientôt pour un nouveau 21 Avril
Pierre

Rédigé par : pierre/49 | 10 mar 2005 16:22:13

Clarification : Je ne soutiens pas le OUI. Je me tais. C'est différent. Pareil pour Montebourg, Peillon, Paul, Roudy, Assouline et autres... Et je voterai NON. mais le temps de la campagne, je laisse la direction de mon parti défendre la position que les militants ont choisi. C'est désagréable et frustrant mais c'est notre choix collectif. A la lumière de l'actualité du Parti et des nuages qui s'accumulent sur son avenir, je maintiens que c'est la bonne position.

Rédigé par : Benoit Hamon | 11 mar 2005 12:17:53

Et comment pourrons-nous "récupérer" les électeurs du non en 2007 ? Sur quelle base politiue allons nous construire un projet ? Comment les acteurs du mouvement social actuel, lycéens compris, très majoritairement favorables au non, pourront-il se reconnaître dans un candidat du PS qui aura en conscience, jeté les services publics, la politique sociale.... par la fenêtre ? On risque de connaître une désillusion encore bien pire qu'en 2002.
Quand je dis "on", je ne m'inclus pas car je pense que ma carte du parti de 2005 sera la dernière...

Rédigé par : Catherine | 13 mar 2005 09:55:26

Benoit,

Ma question est simple : Comment avez vous pu vivre tous ensemble au PS lorsqu'on voit à quel point en ce moment les propos et attitudes dépassent le cadre du vote pour le TC ?

NPS qui applique la réserve de propos en ce qui concerne sa position sur le TC ne risque t il pas de perdre son âme au moment où il est évident que nous assistons au choix de l'orientation entre la sociale démocratie et le socialisme ?

Il est de plus en plus clair que nous nous acheminons vers l'élection de Sarkozy à la présidence et une majorité de gauche à l'assemblée alors rupture en 2005 ou chaos en 2007 ?

Rédigé par : Jbenard | 14 mar 2005 10:55:18

Membre de l'assoc NPS Drôme, je comprends l'attitude de loyauté, du respect de l'engagement et du vote démocratique de NPS au sein du PS, ainsi que l'objectif de refonte du parti. Mais le problème de NPS est son invisibilité. Pour un citoyen non encarté au PS, NPS n'existe pas en tant que tel. Ses valeurs, motivations et autres restent inconnues des électeurs de gauche sans parti. Je trouve regrettable pour le parti lui-même et les chances de renversement de la majorité en son sein, que NPS soit si peu connu et reconnu. A mon avis NPS incarne le vrai socialisme, celui dont nous rêvons, pour la France et l'Europe. Il est dommage de ne pas pouvoir se faire entendre en cette période pré-référendaire (OUI à l'Europe, NON à CE traité! ) : cela donnerait une toute autre image du PS et des chances supplémentaires d'attirer les voix et futures adhésions des vrais socialistes, véritable force anti-libérale et anti-sociodémocrate, aujourd'hui égarée dans le paysage politique français de gauche.

Rédigé par : Olivier | 14 mar 2005 16:36:52

Ce matin, un journaliste d'Europe 1 a annoncé à JL Mélenchon qu'il était suspendu. Sa surprise était totale.

Depuis quand, la direction du PS se permet-elle d'utiliser la presse pour annoncer à un des ses dirigeants ce genre de sanction ?

Rédigé par : Jbenard | 17 mar 2005 11:16:27

Non les "Français ne seront pas les dindons de la farce communautaire"... Si le NON l'emporte...

**********

Referendum Wars - L'attaque des clones

*********

"L'Europe mérite mieux qu'un simple mouvement d'humeur. Il faudra sanctionner en 2007 mais, aujourd'hui, c'est l'Europe qu'il faut porter"

François Hollande, 31 mars 2005

*********

"L'Europe c'est la famille, et on ne réagit pas avec humeur contre la famille"

Nicolas Sarkozy, 31 mars 2005

**********

Les partisans du OUI décrochent complètement dans cette campagne référendaire... Totalement à côté de la plaque les clones du parti unique oui-ouiste...

Monsieur Sarkozy n'a pas compris que nous ne sommes pas de la même famille européenne ; la sienne celle des élites du pouvoir technocratique et de l'argent, la nôtre celle des peuples européens et des démocraties européennes.

Et tous prennent pour mouvement d'humeur une lame de fond de conviction... Et les Français pour "débiles d'en bas"...

Cela risque de leur faire tout drôle le soir du 29 mai...

Rédigé par : cliquez-ici :) | 2 avr 2005 19:53:34

"Personnellement, je suis opposé à tout référendum"

"C'est un mauvais instrument parce qu'on lie tout à tout, dans un référendum."

"Il y a deux formes de démocraties. Il y a les démocraties directes et les démocraties représentatives. Moi je suis partisan de la démocratie représentative et les référendums n'ont pas de place dans cette forme de démocratie (...) Les élus doivent décider. C'est pour cela qu'ils ont été élus."

Frits Bolkestein, 6 avril 2005, sur France Inter

********

Il y en a qui ont dû regretter de l’avoir invité… Voilà un techno-bureaucrate qui tient peu de cas de la souveraineté populaire (fondement de la démocratie) ! Quel aveu ! Par ses propos, il illustre à merveille tout le danger de la technocratie bruxelloise pour les démocraties européennes et la liberté des peuples européens.
Non à leur « démocratie » à la sauce Frankenstein. Non à leur constitution européenne !

Rédigé par : cliquez-ici | 7 avr 2005 12:29:36

EXCLUSIF !
DECOUVREZ LE NOUVEAU FILM DE CAMPAGNE DES TENORS DU OUI

Rédigé par : C L I Q U E Z – I C I | 8 mai 2005 15:44:36

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.