« Réunions publiques | Accueil | BFM radio le 19 mai à 11H »

15/05/2008

Stiglitz sur Inter

Un nobel de l'économie qui stigmatise la responsabilité de la BCE dans la situation économique europeenne, défend la réduction du temps de travail après une question sur les 35h00, défend le service public, rejette le pacte de stabilité et de croissance. Tous les socialistes français signent ils la "contribution Stiglitz"? Il y avait de la fraicheur sur France Inter ce matin.

Ci dessous la première partie disponible de l'interview.

Le dernier livre de Josph Stiglitz : une guerre à 3000 milliards de dollars

Posted by Benoit Hamon on mai 15, 2008 at 11:56 AM dans Médias | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00e552274b1d8833

Listed below are links to weblogs that reference Stiglitz sur Inter:

Commentaires

encore une fois rien sur la palestine.
le silence est souvent révélateur de ce que l'on fait de notre liberté d'expression.
la liberté d'expression, dit quelque chose de la liberté de notre être

Rédigé par : Ahmad | 15 mai 2008 16:54:29

Je signe!

Rédigé par : asse42 | 15 mai 2008 18:31:26

J'en profite pour rebondir sur le sujet histoire de clarifier notre vision d'avenir.
J'entends bien que certains nous enjoignent à ne pas parler des personnes et de se concentrer sur les idées. Certes. Mais les idées doivent être en adéquation avec les personnalités qui les portent, l'un ne va pas sans l'autre. Le nier serait nier l'importance du combat d'idées et donc de la démocratie! C'est pourquoi je t'encourage Benoît à nous faire une motion claire sur ta position politique, tout comme Delanoë, Ségolène Royal ou Moscovici. C'est important pour le congrès qui vient de ne pas nier le combat d'idées et de favoriser, enfin, l'émergence d'une ligne politique claire et assumée par la majorité des militants socialistes. Il faut sortir de la SFIOisation du parti qui donne à croire que Mélenchon ou Valls incarne la vision du PS, brouillant ainsi les cartes dans l'opinion. Non le PS doit définir clairement sa ligne politique, sa stratégie, et donc son leader pour les 3 années qui viennent. Et il n'est pas question de 2012 mais de 2008 et du PS. Car la priorité si on veut espérer gagner en 2012 est d'avoir un PS ayant exprimer clairement sa vision d'avenir.

Bon, tout ceci pour dire en fait qu'il faut sortir de dogmes et idées toutes faites. Je crois qu'il y aura des surprises à ce congrès et j'espère que l'esprit démocratique du débat d'idées l'emportera sur la lutte de personnes.

Rédigé par : asse42 | 15 mai 2008 18:51:24

Johann Hari : La méprisable campagne de diffamation contre les critiques d¹Israël

Par Johann Hari, The Independent, 8 mai 2008

Mon propre cas n¹est pas spécialement important, mais il illustre bien la façon plus générale dont ce processus d¹intimidation opère. Mon travail de reporter m¹a amené à m¹infiltrer parmi les activistes de la mosquée [jihadiste] de Finsbury Park et dans le milieu des négationnistes néo-nazis afin de mettre en lumière la haine anti-juive qui y règne. Lorsque je suis intervenu sur la chaîne Islam Channel pour dénoncer l¹anti-sémitisme des islamistes, j¹ai reçu une série de menaces de morts accompagnée de messages me traitant d¹« adorateur des Juifs », de « cochon de pédé sioniste » et autres nom d¹oiseaux.

Mais attendez, ce n¹est pas fini. J¹ai aussi fait des reportages à Gaza et dans les territoires occupés. La semaine dernière, j¹ai écrit un article qui décrivait la façon dont les eaux usées ­ et non retraitées ­ des colonies israéliennes illégales étaient reversées sur les terres des Palestiniens, contaminant leurs réservoirs. Cette information n¹est pas contestable : elle a été bien documentée par les Amis de la Terre et j¹en ai moi-même constaté la véracité de mes propres yeux.

La réaction ? On n¹a pratiquement pas essayé de contester les fait que j¹exposais. En revanche, certains des auteurs et des groupes « pro-israéliens » les plus connus ‹ y compris les ONG spécialisés dans la critique des médias Honest Reporting et Camera ‹ ont déclaré que j¹étais un raciste anti-juif assimilable à Joseph Goebbels et Mahmoud Ahmadinejad. Melanie Phillips a même fait un lien entre l¹agression au couteau contre deux Juifs au nord de Londres et des articles comme les miens. La rédaction de The Independent a été inondée par une avalanche de courriels réclamant mon licenciement.

Toute tentative de décrire de façon objective la situation des Palestiniens se heurte à la même réaction. Si vous parlez de la contamination des terres palestiniennes par les eaux d¹égout des implantations juives, l¹ONG Honest Reporting vous accusera de ressusciter le mythe antisémite des Juifs qui « empoisonnent les puits ». Si vous interviewez une femme dont le bébé est mort en 2002 parce qu¹elle a été arrêtée en pleine phase d¹accouchement par des soldats israéliens à un poste de contrôle dans les territoires occupés, Honest Reporting vous reprochera de ne pas avoir expliqué la « véritable cause » de ce drame, à savoir l¹élection de HamasŠ en 2006 ! Et c¹est constamment la même chose.

David Landau, ancien éditeur du quotidien Ha¹aretz décrit le comportement de ces groupes comme une forme de « maccarthysme émergent ». Les principaux responsables de ce maccarthysme défendent des positions extrémistes tout à fait personnelles qui les situent largement à droite de la plupart des Israéliens. Alan Dershowitz et Melanie Phillips sont deux de ces personnalités très en vue qui attaquent quiconque se déclare en désaccord avec la droite israélienne. Dershowitz est avocat, professeur à Harvard et auteur de The Case For Israel (Plaidoyer pour Israël). Il considère le nettoyage ethnique comme un détail sans grande importance : « Les solutions politiques exigent souvent des déplacements de population, et ces déplacements ne sont pas toujours volontaires.[Š] il s¹agit là d¹un problème de cinquième ordre (fifth-rate issue) analogue sous bien des aspects à ce qui se passe dans certaines opérations de rénovation urbaine de grande ampleur. » Le plus souvent, à peine une personnalité américaine de premier plan adopte-t-elle sur Israël une position plus à gauche que la sienne, que Dershowitz se répand dans les médias pour l¹accuser d¹antisémitisme et de racisme.

La journaliste Melanie Phillips joue un rôle analogue en Grande-Bretagne. L¹année dernière, un collectif intitulé Independent Jewish Voices s¹est formé et a publié une déclaration d¹intention affirmant que « les Palestiniens et les Israéliens jouissent d¹un même droit à la paix et sécurité. » Parmi les signataires, on comptait diverses personnalités juives britanniques comme le cinéaste Mike Leigh, le comédien Stephen Fry et le rabbin David Goldberg. Phillips s¹empressa de baptiser le groupe « Jews For Genocide » (Juifs favorables au génocide), déclarant qu¹ils « encourageaient » les « assassins » de Juifs. D¹où viennent de telles insanités ? Toujours d¹après Phillips, les Palestiniens sont un peuple « artificiel » qui mérite une punition collective parce qu¹il s¹agit d¹une « population terroriste ». Elle estime que si, « pris individuellement, les Palestiniens méritent éventuellement la compassion, leur projet national équivaut à une forme de négationnisme ». Honest Reporting mentionne Phillips comme un modèle de journalisme fiable.

Ces individus dispensent l¹accusation d¹antisémitisme avec une telle facilité que, si l¹on s¹en tenait à leurs critères, une majorité de Juifs israéliens pourraient être accusés d¹arborer des tendances antisémites. Dershowitz a ainsi déclaré que la décision de Jimmy Carter de dialoguer avec le gouvernement élu de Hamas « frisait l¹antisémitisme. » Un sondage publié par Ha¹aretz le mois dernier démontre que 64 % des Israéliens souhaitent que leur gouvernement prenne langue avec Hamas.

En tant que président des États-Unis, Jimmy Carter a démontré son engagement aux côtés d¹Israël. Il a apporté à ce pays une aide beaucoup plus massive qu¹à n¹importe quelle autre nation et a promu le seul accord de paix avec un régime arabe dont l¹État juif ait jamais bénéficié. Il est également désireux de voir se créer un état palestinien viable et sûr aux côtés d¹Israël, c¹est pourquoi il a publié l¹année dernière un livre intitulée Palestine : Peace Not apartheid (Palestine : la paix, pas l¹apartheid). Cet ouvrage se contente d¹exploiter de façon assez modérée et factuelle les rapports sur la question rédigés par les principales organisations de défense des droits de l¹homme. Il n¹y a là rien qu¹on ne puisse lire tous les jours dans la presse israélienne établie. La comparaison que fait Carter entre la vie dans les territoires occupés (et non pas en Israël même) et l¹Afrique du Sud de l¹apartheid n¹a rien de nouveau. Les territoires occupés sont gouvernés au service des intérêts d¹une petite minorité juive ; ils sont sillonnés de routes destinés exclusivement aux colons juif et dont les Palestiniens sont bannis. D¹après l¹organisation de défense des droits de l¹homme israélienne B¹tselem, cette situation « présente une similarité frappante avec le régime raciste de l¹apartheid ». Mais, pour la simple raison qu¹il a fait écho à ces réalités aux États-Unis, Carter a été abondamment traité de « raciste ». Plusieurs universités ont même refusé de laisser l¹ancien président s¹adresser à leurs étudiants.

Ces batailles de campus sont souvent couronnées de succès. Norman Finkelstein est un politologue américain dont les deux parents ont survécu au ghetto de Varsovie et aux camps de concentration nazis. Ils y ont perdu tous les membres de leur famille. Finkelstein s¹est fait connaître pour avoir démasqué un ouvrage intitulé From Time Immemorial (Depuis la nuit des temps), de Joan Peters, qui expliquait que la Palestine était pratiquement vide quand les colons sionistes sont arrivés et que les prétendus Palestiniens étaient pour l¹essentiel des imposteurs provenant des régions limitrophes qui ont immigré sur place pour exploiter la situation. Finkelstein démontra que Peters avait falsifié les statistiques et grossièrement manipulé les sources. Dès cette époque, il fut traité d¹antisémite par les laudateurs du livre de Peters. Mais, il y a deux ans, quand Finkelstein révéla qu¹Alan Dershowitz avait repris sans la citer des passages entiers de l¹ouvrage mensonger de Peters dans son propre livre The Case For Israël, les choses ont commencé à empirer. Dershowitz fit campagne pour empêcher Finkelstein d¹être titularisé comme professeur à l¹université où il enseignait. Il alla même jusqu¹à déclarer que la mère de Finkelstein ‹ qui a survécu à Maïdanek et à deux camps de travail forcé ‹ avait collaboré avec les nazis. Cette campagne de diffamation atteignit son but. La titularisation de Finkelstein fut refusée par l¹université De Paul pour la seule raison qu¹il avait dit la vérité

L¹hystérie croissante des Dershowitz, des Phillips ou des groupes comme Honest Reporting ne serait-elle pas due au fait qu¹ils sentent bien qu¹ils sont en train de perdre la bataille des arguments ? Les Juifs progressistes ‹ qui sont la majorité ‹ sont en train de créer des organisations susceptibles de rivaliser avec celles de la droite dure, auxquelles adhèrent Dershowitz et Cie. Ils décident de s¹engager parce qu¹ils sont convaincus que cette campagne de diabolisation porte préjudice à tout le monde. Elle porte préjudice aux Palestiniens parce qu¹elle empêche que leur sort soit débattu de façon honnête. Elle porte préjudice aux Israéliens, parce qu¹elle stimule leur vaine fuite en avant sur le chemin de l¹agression. Et elle porte préjudice aux Juifs de la diaspora parce qu¹elle rend de plus en plus difficile de combattre le véritable antisémitisme.

Il est temps de regarder les instigateurs de cette chasse aux sorcières droit dans les yeux et de leur répéter les propos émis en 1954 par l¹avocat Joseph Welch dans son interpellation du sénateur Joseph McCarthy : « Cela suffit, maintenant. Est-ce que vous êtes encore capable d¹un minimum de décence ? Vous reste-t-il un minimum de décence ? »

Johann Hari, né en 1979, est un journaliste et auteur britannique, éditorialiste des quotidiens The Independent et Evening Standard. Ses articles ont également paru dans le New York Times, le Los Angeles Times, The New Republic, Le Monde et Ha’aretz. En 2007, il a été nommé « journaliste de l¹année » par Amnesty International et a reçu en 2008 le prix Orwell du journalisme politique.


Référence : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1986

Rédigé par : Ahmad | 16 mai 2008 21:13:48

Juste en passant et par respect pour toi je te mets une petite vidéo de déclaration de candidature de ségolène Royal si les militants le veulent. Cela montre aussi quel sera notre état d'esprit: OUI au débat d'idées, NON aux attaques personnelles. Dans un parti démocratique le débat doit avoir lieu pour que les militants puissent trancher en conscience:

http://www.dailymotion.com/search/segolene%2B%2BRoyal/video/x5g8x5_segolene-royal-annonce-sa-candidatu_news

C'est d'ailleurs pourquoi je souhaite que tu puisses t'exprimer sur une motion. Ah fais vite concernant Aubry parce que Moscovici cherche à l'attirer à lui aussi! Elle est très demandée...;-)

Rédigé par : asse42 | 17 mai 2008 11:08:01

@asse 42
P. Moscovici, qui fut l'un des principaux promoteurs du TCE, après d'ailleurs en avoir été l'un des négociateurs, est presque aussi disqualifié que SR pour occuper la fonction de premier secrétaire.

Rédigé par : chatel | 17 mai 2008 11:38:20

Chatel

Au moins avec toi c'est clair! C'est Hamon ou le PC? C'est ça?
En tout cas ton avis sera respectable même si je ne partage pas la cause de ta vindicte.

Rédigé par : asse42 | 17 mai 2008 12:42:49

et toi Ségolène ou le modem!
Organisons au plus vite les noces Bayrou/Ségolène.

Rédigé par : hector | 17 mai 2008 13:21:48

Je m'empresse de faire un petit commentaire que je n'ai pas eu le temps de poster avant. De grâce pas Martine Aubry, je vois qu'on parle d'elle de plus en plus, elle ne fera pas gagner la parti socialiste et beaucoup de personnes( comme moi je l'avoue) ne l'aime pas.

Rédigé par : rosalie | 17 mai 2008 15:11:34

@Rosalie

Pourquoi tu "n'aimes pas " Martine Aubry ?

Rédigé par : Francois | 17 mai 2008 19:41:27

Joseph Stiglitz ne dit pas qu'il faut moins ou plus de fonctionnaires. Il dit qu'il faut un service public efficace.

Comme le dit Devedjian, les réformes, ce n'est pas du "moins Etat" mais du "mieux Etat". Bref, donc tout le monde dans ce pays est d'accord pour dire qu'il faut et qu'on peut faire mieux.

Aussi, est-ce que devant ces banalités matinales de france inter, il faudrait de suite adhérer à la "contribution Stiglitz" ?

Car l'important, ce n'est pas qu'on mette en équation le 'bonheur' ou le respect de l'environnement dans les indicateurs de croissance du PIB. L'important, c'est que la croissance soit vue PAR TOUS. Or, tout le monde n'en profite pas, et il est flagrant de constater que l'écart des salaires n'a fait qu'exploser depuis 81. Et ça, curieusement, les économistes et les politiciens n'en parle pas.

Rédigé par : Ptilou | 17 mai 2008 21:42:22

Nous salariés du public et du privé, demandons que soit en préalable régularisées ces importantes questions, avant toute nouvelle réforme équitable des retraites.

1/ Sur les recettes exonérées, visées par la Cour des Comptes :

- La taxation immédiate des stock-options, qui, selon les termes du dernier rapport constituent "bien un revenu lié au travail, donc normalement taxable", qui ont ainsi entraîné une "perte de recette aux alentours de 3 milliards d'euros" ( année 2005).
Ce rapport de la Cour des Comptes précise que : les 100 premiers bénéficiaires devaient toucher chacun une plus-value de plus de 500.000 euros et les 50 premiers de plus de 10 millions d'euros.

2/ Sur les dettes de l"Etat :

- Apurement de ses dettes, supérieures à 10 milliards d'euros, qu'il a cumulées à l'égard de la "Sécu" en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges (rapport Cour des Comptes).

3/ Sur les recettes de privatisations :

- Transfert des sommes non versées depuis 2002 vers le fond de réserve des retraites, comme la loi le prévoyait.

A savoir que ce fond était abondé à hauteur de 30 milliards d'euros en 2002. Il aurait dù étre à hauteur de 300 milliards en 2007, or 3% seulement des recettes de privatisations effectuées depuis ont alimenté ce fond de réserve.

4/ Sur les gains de la VAB, détournées des bénéfices du travail, vers les profits :

- 8,4 points de valeur ajoutée depuis 25 ans (référence INSEE), représentant pour la seule année 2006, 134 milliards d'euro, au détriment des bénéfices du travail.

5/ Sur les "niches" fiscales :

- 254 "niches" fiscales qui permettent à 3900 gros contribuables d'échapper à tout impot sur le revenu, privant l'Etat de 43 milliards de recettes, une somme supérieure au déficit budgétaire.

Nous demandons avec force et en préalable également, pour des raisons de simple justice et d'égalité des citoyens devant la loi, de morale républicaine, que le régime spécial de retraite des parlementaires soit réformé, pour l'aligner sur les critères que ces derniers décident, votent et font appliquer aux autres régimes de retraites des citoyens.

A savoir :

1/ passage à 40 années de cotisations au lieu de 37,5 années pour les parlementaires.

2/ abandon du scandaleux privilége de la double cotisation qui ne se justifie en aucun cas, permettant aux parlementaires de bénéficier d'une retraite à taux plein au bout de 22,5 années seulement de cotisations.

Nous appellons pour toutes ces raisons, les organisations syndicales du public et du privé, à s'emparer avec force et résolution de ces questions, pour les faire valoir au nom des salariés.


Merci de bien vouloir signer, divulguer et faites connaitre cet appel SVP.
N'oubliez pas de valider votre signature dans le mail de confirmation qui vous sera adressé.


Pour signer l'appel : http://www.ohfr-redir.com/1434

Rédigé par : Marc | 19 mai 2008 20:14:41

A asse42,

Bizarre que tu parles de débat d'idées alors que tu ne cesse de nous rabacher des noms sans ce qui va derrière! Cet article concerne l'intervention de Stiglitz, alors toi le porte-parole de SR visiblement as-tu des commentaires à faire sur cette intervention? Voila ce qu'il suffit de faire, pourquoi vouloir tout ramener au Congrés et à SR?

Concernant Stiglitz, il est intéressant de voir le point de vue d'un tel économiste d'autant plus qu'il est extérieur au pays et je trouve très pertinents ces arguments. C'est en rendant l'étude de la croissance plus accessible aux gens et plus réelle que l'on pourra mieux redistribuer les richesses à mon avis.

Rédigé par : Rémi | 21 mai 2008 14:19:09

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.