« Benoît Hamon invité de BFM Radio lundi 5 mai à 12h30 . | Accueil | Sarkozy, un an après »

05/05/2008

Benoît Hamon sur RMC Info

Posted by Benoit Hamon on mai 5, 2008 at 05:27 PM dans Médias | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00e5520f381e8833

Listed below are links to weblogs that reference Benoît Hamon sur RMC Info:

Commentaires

Bonjour Benoît
vous avez réussi une belle performance, et je vous ai trouvé tout à fait persuasif. Il est vrai que je partage plusieurs de vos idées.

Pourriez vous m'éclairer sur la 6e république, quelle est votre opinion sur cette proposition dont on ne parle plus depuis un an, alors justement que Sarkozy a opéré un véritable coup d'état en décidant de gouverner la France directement ?

N'êtes vous pas stupéfait de voir Montebourg être prêt à négocier avec l'Ump au sujet de la réforme constitutionnelle ?

Ne vous semble-t-il pas que l'appel fait à Bayrou par S. Royal il y a un an sous-entend qu'elle ne croyait pas à une république primo-ministerielle, pas plus qu'elle ne croyait au Smic à 1500 euros ?
Beaucoup d'incohérence sur un sujet qui me semble fondamental pour l'avenir de notre démocratie...

Quelle est votre position sur ces sujets ?

Rédigé par : rimbus | 6 mai 2008 23:14:52

Bonjour Monsieur Hamon,
Pour une fois j'ai pris le temps d'écouter entièrement votre intervention. Je suis d'accord avec la majorité de vos propos qui, cependant, comme l'a fait remarquer un intervenant, sont quand aisés lorsqu'on est dans l'opposition.
Certaines questions me viennent à l'esprit:
- pourquoi, une fois au pouvoir, la gauche ne met-elle pas en pratique toutes les bonnes idées que vous proposez aussi simplement?

- pourquoi ne pouvez vous pas choisir clairement entre Bertrand ou Ségolène?

- pourquoi quand on appartient au même parti doit-on obligatoirement aller dans le sens de la vague et ne pas s'opposer aux idées de certains des camarades?

- pourquoi assaisonnez vous aussi facilement Sarkozy alors que vous êtes incapable de prendre position pour ou contre Hollande, Fabius, Royal, Delanoë?

Je crois honnêtement que c'est ce qui tue le parti socialiste et c'est ce qui vous fera perdre encore.

Comment pouvez vous laisser dire que les candidats pour 2012 seront Ségolène ou Delanoë. J'espère vraiment que ce ne sera ni l'un ni l'autre.
Vous dîtes qu'il faut du renouveau en parlant des soixanthuihards qui se sont accaparé le pouvoir et la société et de tous ceux qui polluent les partis politiques depuis des années et dont nous ne voulons plus.

Qui sont donc les bons candidats, aucune candidature intéressante ne se dessine.

Il faudrait quelqu'un comme vous qui soit capable ensuite de garder le cap et de ne pas se fourvoyer dans un imbroglio politique une fois en place. Mais est-ce vraiment possible? N'est ce pas cette peur de l'inévitable qui vous fait reculer?

Je prends un exemple puisque c'est ce que vous faites dans toutes vos interventions:
vous dites que ce n'est pas raisonnable de supprimer des postes de fonctionnaires dans l'enseignement, en cela je suis entièrement d'accord avec vous.
Cependant si on veut obtenir les résultats escomptés en fonction des régions et des besoins, il va falloir redéployer ces postes dans les zônes nécessiteuses et surtout il va falloir contrôler les résultats obtenus en fonction des moyens alloués.
D'abord qui va faire ces contrôles? ensuite qui va accepter ces contrôles? Comment allez vous mettre en place un système qui va d'office mettre tous les concernés dans la rue?

C'est assez désolant d'entendre des discours comme le vôtre car si vous êtes sincère, ce que je pense vraiment, on se dit qu'il y a des moyens de sortir notre pays du bourbier dans lequel il s'enfonce, mais comme on se rend compte que tout ce qui est proposé avant les élections n'est jamais mis en place après, on a toujours l'impression que ce ne sont que des coups d'épée dans l'eau.

Rédigé par : | 8 mai 2008 18:20:18

Monsieur Hamon, j'ajoute encore un commentaire à ce que j'ai dit hier:
Vous dites, je gagne 5800 euros en tant que député européen, et vous vous empressez d'ajouter "je suis un privilégié" Ce langage est vraiment GONFLANT, Monsieur Hamon, je n'ai pas cessé d'y penser et c'est pourquoi je tiens à faire ce commentaire.
Voulez vous dire que vous ne méritez pas ce que vous gagnez? voulez vous vous exonérer devant ceux qui ne gagnent pas autant. Ces propos finissent par faire l'effet inverse et il y en a marre qu'en France il soit aussi mal vu de bien gagner sa vie.
Mon mari a terminé à l'Université avec moins de 4800 euros par mois en faisant des journées de 16 à 18 heures, en pensant sans cesse à son travail, à ses recherches, en sacrifiant souvent sa vie de famille et ses vacances. J'estime qu'il n'était pas un privilégié, il méritait son salaire qui pour moi était même limite par rapport à ce que gagnent certains en en faisant moins (quand je pense d'ailleurs que F. Hollande avait proposé de taxer de manière exceptionnelle les personnes gagnant 4000 euros, je me dis que ce type a un sacré culot et que des gens comme ceux là au pouvoir sont des gens dangereux).

Pour terminer, je vais vous donner encore un exemple que j'ai vécu pas plus tard qu'hier soir dans un bar de Montréal. Nous avons rencontré une jeune femme venant d'Avignon qui travaille à Montréal depuis 1 an et demi. Quand nous lui avons demandé ce qu'elle faisait là voilà sa réponse qui nous a sérieusement interpelés et qu'il faudrait que nos politiques méditent un peu plus et écoutent avec plus d'attention:
"Je suis conseiller financier, je gagne à Montréal 2 fois ce que je gagnais en France. Nous étions 170 dans ma promotion en 2005, 135 de cette promotion sont partis à l'étranger, essentiellement au Canada et en Grande Bretagne. En France quand on débute on nous demande d'avoir de l'expérience (ce qui paraît évidemment insensé) et on nous taxe de tous les côtés au point qu'il ne nous reste pas de quoi vivre. Ici, on nous laisse gagner de l'argent d'abord, affirmer nos connaissances et affiner notre expérience, ensuite on nous taxe." Elle a ajouté "pourtant je suis française de coeur et si j'investis un jour je le ferai en France, mais dès que j'y retourne au bout d'une semaine, la mentalité et les discours m'insupportent, je n'ai qu'une envie c'est de revenir ici."
Des discours de cette sorte devraient quand même nous faire réfléchir, ne pensez vous pas?

Rédigé par : | 9 mai 2008 15:54:57

J'ai oublié de signer mes 2 commentaires précédents. Désolée

Rédigé par : rosalie | 9 mai 2008 15:56:01

Bonjour Monsieur Hamon,

J'ai écouté votre intervention sur RMC, elle était tellement pertinente, que je me suis permis de la mettre en lien sur un blog que j'ai créé et qui développe certaines idées quant à l'échéancier que le PS, dont je suis adhérent, doit respecter :

http://alternative-moscovici.blogspot.com/

J'ai vu dans vos blogs amis que vous aviez glissé pas mal de blogs dans l'esprit pluraliste... dont celui de DSK (qui est en veille prolongée pour cause de FMI ?)... mais quid de celui de Pierre Moscovici ?

L'heure est au rassemblement réel de toutes les forces vives de Gauche... et bien entendu d'abord au sein du PS. Cette guéguerre de tranchées, de chefs et de sous-chefs va nous faire perdre beaucoup de plumes... nous sommes des millions à en être navrés, assistants impuissants.

Je ne squatte pas davantage votre blog... que je trouve bien construit... je l'ai mis aussi en lien... et vous souhaite le meilleur... que la parole soit davantage donnée aux bonnes volontés du PS... et que la Sagesse et l'esprit stratégique intelligent puisse enfin régner...

Le parcours d'ici 2012 est parsemé d'embûches, avec DEUX élections (2009 et 2010) dont il ne faudra pas sous-estimer l'importance... le PS n'aura pas besoin d'ici son Congrès de 2011, d'une gestion en bon père de famille, mais d'un véritable collège "neutre" (sans vedettes présidentiables) pour animer sa rénovation.

Bien à vous, Nihadyou.

Rédigé par : Nihadyou | 12 mai 2008 11:29:27

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.