« novembre 2007 | Accueil | janvier 2008 »

12/12/2007

Chômage/Kadhafi chez Ruth Elkrieff


Benoit Hamon sur BFM TV
Uploaded by Nouveau-PS
Je vous invite à comparer les propos de Nicolas Sarkozy insérés dans le débat ci dessus (autour de 6mn25 sur votre lecteur) avec le verbatim de son discours le 13 novembre à Strasbourg devant l'hémicycle européen réuni en séance solennelle :  "...Dans l’ordre moral aussi, les droits de l’homme font partie de l’identité européenne. Partout dans le monde, chaque fois qu'un être humain est opprimé, qu’un homme est persécuté, qu’un enfant est martyrisé, qu’un peuple est asservi, l’Europe doit se trouver à ses côtés. Parce que l'Europe des droits de l'homme est fidèle à elle-même. Et c'est à l'Europe de porter la question des droits de l'homme dans toutes les régions du monde.(Applaudissements) J'ajoute que tous ceux qui ont fait l'expérience de renoncer à la défense des droits de l'homme au bénéfice de contrats n'ont pas eu les contrats et ont perdu sur le terrain des valeurs..."

Posted by Benoit Hamon on décembre 12, 2007 at 04:33 PM dans Médias | Permalink | Commentaires (15) | TrackBack

11/12/2007

Protéger Ayaan Hirsi Ali (2)

La déclaration écrite n°110 qui demande à l'Union Européenne de financer la protection personnelle d'Ayaan Hirsi Ali est officiellement déposée. Elle attend maintenant les signatures des députés européens. La campagne commence. Elle durera 3 mois. En voici le texte :

0110/2007

Déclaration écrite sur la prise en charge par l'UE de la protection d'Ayaan Hirsi Ali

Le Parlement européen,

    vu l'article 6, l'article 10, paragraphe1, et l'article 11, paragraphe 1, de la Charte des droits fondamentaux,

    vu l'article 116 de son règlement,

A.  considérant que Mme Ayaan Hirsi Ali, citoyenne néerlandaise, est menacée de mort pour avoir exercé sa liberté d'expression, garantie par la Charte des droits fondamentaux, laquelle dispose en son article 6 que "toute personne a droit à la liberté et à la sûreté",

B.   considérant que l'Union européenne se fonde sur les valeurs de la démocratie et de l'État de droit et que l'intégrisme religieux, dès lors qu'il menace de mort quiconque ose critiquer les symboles ou l'idéologie d'une religion, menace directement les libertés individuelles fondamentales; qu'en conséquence, il faut protéger les citoyens européens contre un tel intégrisme, a fortiori quand ceux-ci ont fui ce danger pour trouver refuge dans l'Union européenne,

C.  considérant que, quel que soit le jugement que l'on puisse porter sur les propos de Mme Ayaan Hirsi Ali, cette dernière a le droit de s'exprimer librement, y compris sur des questions d'ordre religieux, politique ou philosophique,

1.   demande que l'Union européenne prenne les mesures nécessaires à la prise en charge de la protection de Mme Ayaan Hirsi Ali – qui n'est plus assurée aujourd'hui par les Pays-Bas –, quel que soit le pays où celle-ci a choisi de résider, afin de ne pas restreindre davantage sa liberté, déjà entravée par les menaces;

2.   charge son Président de transmettre la présente déclaration, accompagnée du nom des signataires, aux parlements des États membres, au Conseil et à la Commission.

Posted by Benoit Hamon on décembre 11, 2007 at 10:32 AM dans Interventions au parlement | Permalink | Commentaires (4) | TrackBack

Referendum

ReferendumueLe quotidien l'Humanité m'a demandé 1500 signes pour justifier un referendum sur le traité simplifié européen :

"Curieuse circonstance que celle qui exalte le besoin d'une démocratie participative mais s'accommode ou justifie la ratification dans le dos du peuple du traité simplifié européen. C'est le trait d'une époque dont les représentations sociales et politiques sont brouillées. Au nom de la modernité, on veut remettre en cause les cadres de pensée traditionnels et c'est la souveraineté populaire que l'on sacrifie en premier. L'imposture est complète.

Le choix de la ratification parlementaire est la contrepartie donnée par Nicolas Sarkozy au gouvernement allemand, méfiant à l'égard du traité simplifie, mais plus inquiet encore d'une nouvelle expression des aspirations du peuple français si proches de celles du peuple allemand.

Le choix de la ratification parlementaire est surtout le reflet de la crispation cynique d'un pouvoir qui redoute plus que tout le verdict du peuple à l'égard d'une politique passée, présente et future qui désosse méthodiquement les instruments de redistribution et le modèle social de notre pays.

L'exigence d'un référendum est capitale pour la gauche française car elle démontre qu'elle ne renonce ni à la construction européenne ni à être l'interprète de la volonté populaire. Reconstruire une espérance à gauche commence par remettre simplement les choses à l'endroit. À cette étape du débat politique européen, la seule réponse valable pour la gauche est de réclamer que, là où le peuple a dit « non », il est le seul arbitre légitime à décider s'il confirme ou pas son choix."

Posted by Benoit Hamon on décembre 11, 2007 at 10:26 AM dans Médias | Permalink | Commentaires (26) | TrackBack