« L'Europe à toutes les sauces | Accueil | ADN (de/à) droite »

08/04/2007

Sur la route

Avec_barbara_3Cette semaine était coloriée en jaune sur l’agenda des parlementaires européens. C’est une semaine dite «  de circonscription ». Je l’ai passée à parcourir la France dans le cadre de la campagne présidentielle bien sûr. J'ai croisé le regard et l'attente de centaines de citoyens impatients de voir Ségolène Royal agir en leur nom comme nouvelle Présidente de la République. J’ai aussi croisé la route de quatre candidats aux législatives.

Olivier Dussopt en Ardèche. Il a 28 ans et il est candidat dans la circonscription d’Annonay. A ses côtés j’ai rencontré des syndicalistes inquiets des conséquences des délocalisations passées et des menaces de délocalisations à venir. Nous avons évoqué ensemble l’urgence d’harmoniser la fiscalité des Etats membres, la nécessité de nous doter d’une vraie politique industrielle européenne qui ne se résume pas seulement à la politique de la concurrence. Le lendemain je m’asseyais à Arpajon à côté de Brigitte Zins, candidate aux législatives dans la 3ème circonscription de l’Essonne. A l’ordre du jour de cette réunion rassemblant 150 essonniens, le menu européen de Ségolène Royal le 7 mai au matin. Avec les militants, sympathisants et citoyens présents, nous avons parlé élargissement, Europe sociale ou référendum sur le futur traité. Le mercredi je retrouvais Macon et la Saône et Loire, terre d’élection d’Arnaud Montebourg. Une réunion de soutien à Nicole Eschmann m’offrait l’opportunité de mettre en parole mon compte rendu de mi mandat devant mes électeurs. Jeudi, c’est Barbara Romagnan, candidate aux législatives à Besançon qui m’invitait à une réunion du changement consacrée à … l’Europe. Vendredi enfin, c’est un colloque au Sénat qui a permis à Jean Louis Bourlanges pour l’UDF et moi-même pour le PS de partager avec plus d’une centaine d ‘étudiants en Histoire nos visions respectives du projet européen au lendemain du 50ème anniversaire du traité de Rome.

Je ne suis pas le seul à sauter d’une ville à une autre pour parler d’Europe à l’occasion de cette élection présidentielle. Pierre Moscovici, Martine Roure, Bernard Poignant, Harlem Désir, Gilles Savary vont un peu partout décliner le pacte présidentiel de Ségolène Royal sur les grands enjeux européens. Je sens intacte l’attention de nos concitoyens sur l’avenir de l’Europe sociale, la place de l’Europe dans la mondialisation, le rôle de l’Europe vis-à-vis de l’environnement ou encore l’avenir du traité institutionnel. Le formidable moment démocratique du référendum de mai 2005 a contribué à forger une véritable citoyenneté européenne dans notre pays. Je vois dans cette campagne présidentielle, le premier rendez vous politique national majeur où la question européenne a cessé d’être une question de politique étrangère pour devenir une véritable question de politique intérieure. C’est, à mes yeux, un progrès considérable.

Posted by Benoit Hamon on avril 8, 2007 at 07:40 PM dans Témoignages | Permalink

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.