« www.benoithamon.eu | Accueil | Sur la route »

28/03/2007

L'Europe à toutes les sauces

Hier j'ai parlé et écouté parler d'Europe dans deux enceintes bien différentes. La première, solennelle accueillait l'intervention conjointe de Jacques Delors et Poul Rasmussen (Président du Parti des Socialistes Européens) pour présenter leur rapport sur la nouvelle Europe sociale.

L'évènement a été salué par Ségolène royal, venue confirmer son engagement en faveur d'une réorientation des politiques économiques européennes et la réalisation de l'Europe sociale. A cette occasion elle s'est exprimée en faveur de la création d'un salaire minimum européen.


Europe : Discours de Ségolène Royal
Uploaded by PartiSocialiste

Un peu plus tard, je rejoignais l'association ZYVA à Nanterre qui pilote plusieurs projets d'accompagnement éducatif, social, culturel et scolaire.

Juste après une représentation de théâtre Forum qui réunissait huit jeunes comédiens entre 10 et 12 ans sur le thème de la citoyenneté européenne, j'ai débattu avec Jean Marie Cavada et Stéphane Pocrain notamment se l'avenir de la construction européenne. L'échange a été vivant et très stimulant.

Existait-il un point commun entre ces deux rencontres? Bien sûr! Plus d'un! Et pas seulement dans la critique des politiques communautaires actuelles! Le besoin, l'exigence de l'Europe sociale est partout. Encore faut-il s'entendre sur ce concept. Mais à l'évidence, les citoyens de Nanterre rejoignaient les responsables européens présents l'après midi à Paris pour  demander à l'Union Européenne d'orienter ses politiques européennes en faveur d'un soutien au pouvoir d'chat et à l'emploi. L'augmentation du budget européen, la solidarité à l'égard des nouveaux Etats membres, la protection contre le dumping fiscal, social ou environnemental réunissent citoyens et élus.

On parle souvent du repli sur soi des Français. J'observe qu'une fois encore, ces Français rencontrés au hasard des réunions, à Paris, en banlieue et dans toute la France, comprennent et soutiennent le principe d'une augmentation de la contribution de la France au budget européen si c'est pour d'avantage de solidarité. J'observe qu'ils ne sont pas obsédés par la logique du juste retour qui a jusqu'ici mobilisé nos dirigeants et qui signifie que l'on s'attache toujours à donner moins à l'Europe que ce qu'on reçoit d'elle.

Posted by Benoit Hamon on mars 28, 2007 at 04:15 PM dans Témoignages | Permalink

Commentaires

Je ne trouve pas, comme beaucoup le disent, que l'Europe a été absente du débat présidentiel. J'ai l'impression qu'on a rarement autant parlé d'Europe dans une élection nationale. Est ce aussi votre avis?

Rédigé par : Irène | 29 mar 2007 11:13:19

salaire minimum européen : quelle bétise lorsque l'on connait la marge de manoeuvre, sur ce sujet, des discussions avec les 26 autres EM... c'est démago à souhait ! allez, et pourquoi pas 2000 euros nets garantis pour tous les européens... faut que j'en parle à mes amis anglais, ca les fera bien rire des propositions comme ca..

Rédigé par : coco77 | 29 mar 2007 17:55:42

Qui est ridicule? Les pros du dénigrement tous azimuts ou ceux qui ne se résignent pas, travaillent, proposent, discutent. Le vice chancellier allemand Muntefering est favorable à la mise en oeuvre d'un Salaire minimum européen. Encore un crétin démago...

Rédigé par : Hector | 30 mar 2007 10:09:03

C'est assez amusant de constater combien sur les questions européennes, les candidats de droite et leurs partisans ne proposent rien, hormis le statu quo et l'alignement sur le plus petit dénominateur commun. Au final, c'est Jacques Barrot qui apparait le plus inventif d'entre eux... c'est dire.

Rédigé par : Anémone | 30 mar 2007 10:55:21

Coco77 a raison, le réalisme c'est la suppression du SMIC dans les pays où il subsiste, comme vient de le suggérer Jean Claude Trichet.

Rédigé par : Jacques Barrot | 30 mar 2007 11:32:07

Mon propos n'était pas celui la, mais de la même manière que sarkosy racontait des imbécilité en nous parlant de ratification d'un traité à l'été 2007 (alor que personne ne s'était mis d'accord sur le principe même de la négociation d'un traité), je ne trouve absolument pas constructifs de se dire favorable à des telles mesures. Je trouve même cela complètement démago. Au dela de la question de l'absence de majorité au sein des 27, c'est tout simplement une question de compétence : la communauté n'a pas de compétence juridique pour instaurer un salaire minimum. Mais ca fait bien, pour les électeurs français de dire des choses comme ca... toutefois, ca ne fait pas avancer le débat.

Rédigé par : coco77 | 30 mar 2007 17:30:14

C'est méconnaitre la réalité de la construction européenne que de dire cela. Aujourd'hui le salaire minimum européen est un objectif du PSE. Il peut être mis en oeuvre par convergence des législations des Etats membres selon une méthode initiée avec la stratégie de Lisbonne, la méthode ouverte de coordination (MOC). Rien n'interdit aux pays volontaires dans le domaine social de faire davantage. Ce projet est au coeur du dialogue Merkel Royal.

Rédigé par : Hector | 31 mar 2007 10:47:02

et bien mon cher Hector, on va faire simple : indiquez moi sur quel base juridique ceci serait possible ?

Rédigé par : coco77 | 31 mar 2007 15:33:56

!?! Est tu sûr que tu maitrises les principes de la construction européenne !?! La base d'un tel processus est la même que la stratégie de Lisbonne. Là où l'Union ne dispose pas de compétence spécifique, les Etats membres peuvent organiser la convergence de leurs législations repsectives pour atteindre des standards définis en commun. C'est ainsi que l'UE fait dans le domaine des invetissements en matière de recherche et de développement. L'autre possibilité est la rédaction d'un traité social qui organise cette convergence entre les pays volontaires. Il n'est pas besoin d'être 27 pour le faire ; l'objectif est de réduire les différences entre les Etats membres pour éviter le dumping social. Mais peut être Ségolène Royal, le SPD allemand, Poul Rasmussen président du PSE et enfin cette semaine à Paris, Jacques DELORS, ne savent pas de quoi ils parlent. Un conseil donc, juste un petit clic sur le film de Delors intégré à cette note, il en parle.

Sacré coco! J'espère qu'on t'aide à rattraper tes lacunes en matière européenne.

Rédigé par : Hector pas mécontent | 31 mar 2007 18:19:56

Un Traité social peut il voir le jour en dehors de la zone euro? cela me semble difficile d'imaginer les nouveaux Etats rejoindre un tel mouvement.

Rédigé par : Irène | 31 mar 2007 21:11:02

Dépêche AFP : Le Pen est mort

Rédigé par : Helder | 1 avr 2007 00:09:29

ca, va Hector, je crois avoir les connaissances de base en matière européenne, merci de vous en inquiéter. vous ne répondez toutefois pas à ma question, fort simple au demeurant et essentielle. Parce que "organiser la convergence de leurs législations repsectives pour atteindre des standards définis en commun", c'est joli,mais pas juridique. Alors, nouveau traité ? donc pas de système communautaire, donc de l'unanimité ? Sur la base des traités actuels ? y 'a rien qui le permet.
A part Mademoiselle Royal, qu'elle autre chef de gouvernement - au pouvoir - est pour une telle mesure ?
Perso, j'ai rien contre ... sauf son caractère irréalisable en l'absence d'harmonisation totale des autres fondamentaux économique en europe pour lesquels il n'y aura jamais d'unanimité meme entre ceux qui veulent avancer.
Z'etes super drole mon cher hector avec vos leçons d'europe, ca me fais bien rire..;

Rédigé par : coco77 | 1 avr 2007 11:22:47

ca, va Hector, je crois avoir les connaissances de base en matière européenne, merci de vous en inquiéter. vous ne répondez toutefois pas à ma question, fort simple au demeurant et essentielle. Parce que "organiser la convergence de leurs législations repsectives pour atteindre des standards définis en commun", c'est joli,mais pas juridique. Alors, nouveau traité ? donc pas de système communautaire, donc de l'unanimité ? Sur la base des traités actuels ? y 'a rien qui le permet.
A part Mademoiselle Royal, qu'elle autre chef de gouvernement - au pouvoir - est pour une telle mesure ?
Perso, j'ai rien contre ... sauf son caractère irréalisable en l'absence d'harmonisation totale des autres fondamentaux économique en europe pour lesquels il n'y aura jamais d'unanimité meme entre ceux qui veulent avancer.
Z'etes super drole mon cher hector avec vos leçons d'europe, ca me fais bien rire..;

Rédigé par : coco77 | 1 avr 2007 11:23:19

Cher Coco qui ne comprend rien. (qui ne veut rien comprendre)
1. Petit rappel : la construction européenne repose d'une part sur les traités qui communautarisent certaines compétences et d'autre part sur la coordination des politiques des Etats membres dans les domaines dans lesquels ils restent souverains. Il en est ainsi de la coordiantion des politiques économiques au sein de l'Euro groupe. Il n'est donc besoin d'aucune "base juridique" (c'est marrant cette obsession) pour coordonner les politiques budgétaires, par exemple, des Etats de la zone euro comme c'est le cas aujourd'hui. Donc, il en est de même pour les questions sociales.
2. pas besoin d'unanimité. Comme pour l'euro, les pays volontaires peuvent décider de se doter d'un traité ou d'objectifs plus ouples , pour avancer dans ce domaine.
3. quels autres chefs d'Etat? Prodi, Zapatero, Socrates ou muntefering (n°2 du gvt allemand) se sont prononcés en faveur d'une telle convergence. Delors vient de répéter l'urgence à ses yeux d'un salioare minimum européen. Vous le croyez démagogique, populiste et ignorant des règles de la construction européenne?
4.cher Coco qui vit dans "l'Europe des pokemons", quand on vient sur un site dédiée aux questions européennes et qu'on fait la leçon, faut être un peu solide. Ca fait longtemps qu'en cet endroit vous vous disqualifiez régulièrement par vos analyses sommaires et vos raisonnements à l'emporte pièce. Je vous suggère de passer à autre chose.
5. votre référence condescendante à Mlle Royal situe à peu près l'endroit où vous vous logez en matière de virilité. Je vous appelerai désormais "coco la testosterone". pathétique....

Rédigé par : Hector qui rirait s'il n'était point si désolé | 1 avr 2007 12:19:52

Hector, Coco77, un peu de retenue svp dans les arguments échangés.
BH

Rédigé par : BH | 1 avr 2007 13:12:20

Je n'ai toujours pas de réponse à ma questino relative à la base juridique de l'introduction d'un salaire minum européen.
En outre, j'aurais tendance à y poser comme préalable l'harmonisation d'un ensemble de fondamentaux, tels que - entre autres - les prélèvements obligatoires grévant ce salaire. En effet, ca ne sert à rien d'avoir 2000 euros brut de salaire mini partout en europe, si on a 50 % de prélèvement en Fr et 80 en Be. Qu'en dites vous ?
Tout cela ne démontre-t-il pas le caractère (je ne dirai pas démago) mais "politique" au sens pas très propre du terme, d'une telle prise de position.
Enfin, M. Hamon, j'ose espérer ne pas avoir dépassé de quelconques bornes dans mes propos. S'ils devaient avoir été percus ainsi, je vous présente mes excuses.

Rédigé par : coco77 | 1 avr 2007 13:51:18

Je n'ai toujours pas de réponse à ma questino relative à la base juridique de l'introduction d'un salaire minum européen.
En outre, j'aurais tendance à y poser comme préalable l'harmonisation d'un ensemble de fondamentaux, tels que - entre autres - les prélèvements obligatoires grévant ce salaire. En effet, ca ne sert à rien d'avoir 2000 euros brut de salaire mini partout en europe, si on a 50 % de prélèvement en Fr et 80 en Be. Qu'en dites vous ?
Tout cela ne démontre-t-il pas le caractère (je ne dirai pas démago) mais "politique" au sens pas très propre du terme, d'une telle prise de position.
Enfin, M. Hamon, j'ose espérer ne pas avoir dépassé de quelconques bornes dans mes propos. S'ils devaient avoir été percus ainsi, je vous présente mes excuses.

Rédigé par : coco77 | 1 avr 2007 13:52:07

Désolé aussi si je m'énerve mais reconnaissez qu'il fait exprès. IL N'Y A BESOIN D'AUCUNE BASE JURIDIQUE COMMUNE pour créer un salaire minimum européen puisque c'est un point dans let emps que tous ceux qui le souhaitent s'engagent à atteindre. Allze bisous...

Rédigé par : Hec | 1 avr 2007 16:30:34

Je ne comprends pas bien cette polémique autour du salaire minimum européen. Je crois qu'il s'agit de fixer un minimum (qui peut être inférieur au minimum français) pour que tous ceux qui sont en dessous rejoignent ce niveau et progressivement neutralisent un des principaux paramètre du dumping fiscal dans le marché intérieur, tout en améliorant progressivement les droits des salariés des pays concernés.

Je crois qu'il n'a jamais été question de fixer ce SME au niveau du SMIC français dans la bouche de Ségolène Royal. Ce qui ne signifie pas que le SMIC devra diminuer.

Il s'agit en fait, d'organiser une convergence sociale comme nous avions organisé une convergence économique pour la monnaie en son temps.

Au passage, j'aime bien ce nouvel habillage du blog.

Rédigé par : Alain P | 1 avr 2007 18:32:41

Les propos de votre correspondant, adversaire du SMIC européen illustrent combien nous devons être inquiet de la pauvreté du discours politique en Europe. Aujourd'hui quand on veux parlerpolitqiue on vous répond par la "morale" ou le droit mais pas par la politique.

Rédigé par : Prof34 | 1 avr 2007 20:14:10

Cher Prof34, le fait de ne pas être d'accord avec vous ne rend pas plus pauvre le discours politique en Europe. Il conviendrait d'être plus ouvert au débat. Car, si personnellement je n'ai rien contre l'idée d'un SMIC, je sais de par une certaine expérience - que le le sieur Hector ignore - qu'il n'y a pas l'ombre d'un espace pour un accord politique entre Etats membre à ce sujet au sein du Conseil. Je ne suis pas la pour dire si c'est bien ou mal, mais c'est comme ca. Seule des initiatives majoritaires pourraient mobiliser et je suis d'avis que le smic européen n'est pas le sujet mobilisateur sur l'europe sociale. Néanmoins, je maitiens deux objections : 1*, si l'initiativ avait lieu dans un cadre communautaire, il n'y a pas de base juridique et 2*, sans harmonisation en profondeur au niv de la protection sociale et des charges sur les salaires, cette idée n'a aucun sens (sauf electoral).

Rédigé par : coco77 | 1 avr 2007 21:17:18

Cher Prof34, le fait de ne pas être d'accord avec vous ne rend pas plus pauvre le discours politique en Europe. Il conviendrait d'être plus ouvert au débat. Car, si personnellement je n'ai rien contre l'idée d'un SMIC, je sais de par une certaine expérience - que le le sieur Hector ignore - qu'il n'y a pas l'ombre d'un espace pour un accord politique entre Etats membre à ce sujet au sein du Conseil. Je ne suis pas la pour dire si c'est bien ou mal, mais c'est comme ca. Seule des initiatives majoritaires pourraient mobiliser et je suis d'avis que le smic européen n'est pas le sujet mobilisateur sur l'europe sociale. Néanmoins, je maitiens deux objections : 1*, si l'initiative avait lieu dans un cadre communautaire, il n'y a pas de base juridique et 2*, sans harmonisation en profondeur au niv de la protection sociale et des charges sur les salaires, cette idée n'a aucun sens (sauf electoral).

Rédigé par : coco77 | 1 avr 2007 21:17:34

Sur le 1. c'était déjà expliqué par d'autres plus haut, pas besoin de base juridique puique ce n'est pas une nouvelle compétence communautaire...
Sur le 2. C'est assez incohérent votre raisonnement. Vous liez montant du SMIC, cotisations et protection sociale. Trés bien, vous visez haut. Mais n'est ce pas le prétexte pour ne rien faire? Vous savez bien sûr que toute l'histoire de la construction européenne montre que c'est, pas à pas, étape après étape que l'on a bati l'Europe. Si, pour vous suivre, on avait appliqué votre méthode à la construction du marché intérieur, on en serait toujours à enregister des droits de douanes à nos frontières avec l'Espagne et la belgique. On a commencé par les biens et marchandises, puis les capitaux, puis il y a peu, les services, etc...
Dans le cas présent l'objectif prioritaire est le salaire direct minimum en Europe. S'il doit y avoir plus tard une harmonisation des systèmes sociaux, pourquoi pas. Mais le tout ou rien, c'est surtout le rien. Est-ce ce que vous voulez?

Rédigé par : Alain P | 2 avr 2007 12:09:09

Non, ce n'est pas ce que je veux, mais je dit simplement que proposer une telle mesure n'a aucun sens et irréaliste pour n'importe quel pays si on ne voit pas plus loin et notamment un rapprochement des prélèvements obligatoires grévant les salaires (je ne vois pas bcp de pays désireux d'aller dans ce sens). La question n'est pas de savoir si on veut tout ou rien, mais de savoir si la mesure proposée peut sêtre réalisée de manière isolée ab initio.
En outre, je maitines qu'il est nécessaire pour introduire une telle mesure d'avoir une base juridique. Si vous vous basez seulement sur la volonté politique, la mesure ne sera pas respectée.
Enfin, c'est faux Alain, la libéralisation a concerné, dès le début (sous réserve d'une faible période transitoire) les marchandises, les services, l'établissement, et les capitaux, en ce même temps (ainsi qu'il ressort du traité CE)

Rédigé par : coco77 | 2 avr 2007 15:43:57

Une fois encore vous vous trompez lourdement. la directive services a été adoptée l'année dernière longtemps après la libéralisation des biens et des marchandises.

Rédigé par : Alain P | 3 avr 2007 09:52:37

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.