« Conseil National du PS | Accueil | What European Policy under Gordon Brown? »

16/10/2006

L'Europe « par la preuve » doit être l'Europe d'un traité social...

Bosphore Ci après, l'interview donnée au Figaro le 14 octobre 2006

LE FIGARO. - Ségolène Royal pourrait ne pas participer à tous les débats de la campagne interne. Comprenez-vous sa position ?
Benoît HAMON. - Honnêtement, je ne pense pas que ce soit une bonne ligne de conduite. Le débat véritable commence maintenant. Il sera utile. Ils sont des milliers de militants à n'avoir pas fait leur choix. Et on peut les comprendre. Le débat par médias ­interposés, outre qu'il n'est pas équitable, n'épuise pas toutes les questions que se posent les militants qui sont appelés à voter. Là, sur un terrain identique et à armes égales, chacun pourra juger quel est le président de la République le plus crédible et le réformateur le plus ardent. Les candidats ont tous intérêt à cette clarification.

Ses propositions sur l'Europe vous ont-elles convaincu ?
Plusieurs d'entre elles, oui. Ségolène Royal part d'un bon diagnostic : la difficulté de gouverner à 25 pays et le sentiment des citoyens que les politiques européennes les rendent plus vulnérables. Je soutiens ses propositions sur la révision du pacte de stabilité, la modification des statuts de la banque centrale ou sur le renforcement du contrôle démocratique. Mais j'y aurais ajouté ce qui figure aussi dans le projet socialiste. L'Europe « par la preuve » doit être l'Europe d'un traité social et d'une directive sur les services d'intérêt général pour garantir un haut niveau de service public. Nous ne devons pas être en deçà de ce que nous avons obtenu au sein du PS européen, sur la convergence des minima sociaux par exemple. La prochaine présidence française de l'UE est attendue. ­Notre discours doit être à la hauteur des enjeux : construire un ­modèle social européen.

 

Et sur les institutions...
Ségolène Royal propose à la présidence allemande, au début de l'année prochaine, de prendre une initiative. Je suis d'accord. C'est ce que le Conseil européen invite les présidences allemande puis française à faire. Pour que le couple franco-allemand réussisse à relever ce défi, il faut que nos partenaires allemands puissent compter sur un partenaire français qui ne varie pas et qui ait une vision claire de l'avenir politique de l'Europe.

 

Sur l'entrée de la Turquie dans l'UE, sa position sera, dit-elle, celle du peuple français »...
Le problème n'est pas de s'aligner sur l'opinion, mais de construire une opinion majoritaire. C'est le rôle d'un parti politique. J'attends des candidats qu'ils aient un avis sur une question qui commande que l'on engage la France par des actes dès le lendemain de l'élection présidentielle. Le PS a été favorable à l'ouverture des négociations et nous demandons maintenant à la Turquie de satisfaire aux critères de Copenhague. À ­propos de la reconnaissance du génocide arménien, elle doit aussi faire le geste nécessaire.

Posted by Benoit Hamon on octobre 16, 2006 at 10:39 AM dans Témoignages | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d834bc94c053ef

Listed below are links to weblogs that reference L'Europe « par la preuve » doit être l'Europe d'un traité social...:

Commentaires

J'approuve tous les^propos tenus mais la laïcité la de dans elle es-t absente N'oublions pas la bosnie l'eclatement de l'ex yugoslavie et son cortege d'atrocité Si les balkans avient ete traté laïquement croyez vous quel'on mobiliserais a ce jour le Tribunal international pour juger ces criminels Les religieux et les religions seraient rester a la porte du temple de l(humanité et les hommes seraient assis autour d'une table pour s'ecouter

Rédigé par : charlec | 16 oct 2006 17:05:02

@Benoit Hamon

Le discours de Ségolène Royal sur l'Europe ou celui de Laurent Fabius dans le monde en mai dernier ne sont pas mauvais, mais pas pleinement satisfaisants néanmoins. Il manque une proposition forte sur les institutions qui puisse jouer un rôle de leitmotiv fédérateur lors de la campagne face à Nicolas Sarkozy qui certes se fout de l'europe mais est trs bien conseillé par Lamassoure et Barnier, et surtout qui puisse faire en sorte qu'une nouvelle Convention ou une éventuelle assemblée constituante débouche sur quelquechose de mieux que le TCE (à périmètre constant, on risque fort de retomber sur grosso-modo la même chose).

La gauche est entre Charybde et Scylla (orthographe aléatoire) pendant l'année qui suite ; elle a le devoir de gagner face à notre Berlusconi national et elle a l'obligation de trouver une stratégie pour sortir de Maastricht-Nice. Pour remplir le premier objectif, il risque d'être tentant pour ne pas trop de se déchirer d'entêrrer le débat sur le second et réciproquement.

Aussi, j'ai une proposition à faire :

Est-ce que tu est à titre personnel à ce que les textes fondamentaux qui régissent l'Union européenne soient adoptés par un référendum pan-européen comme le proposait en 2004 Daniel Cohn-Bendit ?

L'idée est simple comme bonjour en répondant à une aspiration démocratique minimale, et en même temps elle est iconoclaste et radicale (à la mesure de la crise actuelle donc) :

- le texte serait adopté si une majorité qualifiée de *citoyens européens* et d'états l'approuvent
- il rentrerait en vigueur immédiatement dans les pays où le OUI s'est avéré majoritaire
- les pays minoritaires où le NON l'emporte décident souverainement dans un deuxième temps, par exemple par un second référendum national, ce qu'ils désirent faire (rejoindre les autres, sortir de l'UE, entre-deux à la danoise sur Maastricht, ...) à l'exception du "droit de bloquer tout le monde" actuel

Si oui, vu qu'il parait évident que l'inter-gouvernementalisme ne va pas sauter sur cette idée avec allégresse, que penses-tu de l'idée d'une europétition sur cette question lancée par un groupe d'eurodéputés de différentes sensibilités et pays ? Si http://oneseat.eu a réussi à avoir son million de signatures en quelques mois avec une couverture assez inexistante, je prends les paris qu'une telle initiative "bottom-up" en pleine campagne présidentielle en réunirait PLUSIEURS MILLIONS de citoyens qui sont autant d'électeurs. De quoi contribuer à faire réfléchir les gouvernements.

Rédigé par : jmfayard | 16 oct 2006 23:48:02

Laurent évidemment !

Fabius est LE SEUL a avoir parlé d'Europe durant le débat entre présidentiables !

LE SEUL a avoir été clair et précis sur le pouvoir d'achat, EDF et les 35 heures.

LE SEUL a avoir une vision analytique et politique des enjeux.

LE SEUL à savoir EXACTEMENT ce qu'il fera, en mai, en juin, en juillet et en septembre 2007.

Fabius est prêt, il a les réponses, elles sont de gauche et
convaincantes.

Certes, DSK se targue de sa compétence économique, qu'il pourra d'ailleurs mettre au service du prochain président. Mais comme l'a suggéré Fabius, sans ligne politique de gauche, la compétence n'est rien ! (sans maîtrise, la puissance n'est rien...)

Quant à Royal, elle n'est tout simplement pas au niveau, sans que cela soit péjoratif : son niveau c'est la région. Elle en parle (beaucoup !) et parfois pas trop mal, mais là il s'agit de l'Etat, de l'Europe, et du Monde !

On n'est donc pas au même plan, elle elle ne maîtrise pas ce plan là.

Rédigé par : pipole1 | 18 oct 2006 15:46:08

Monsieur le Député
En tant que citoyens français, nous avons attentivement écouté les candidats socialistes s’exprimer hier durant leur intervention télévisée et nous voudrions connaître l’opinion des français et des lecteurs de ce blog sur la liberté d’expression dans notre pays, lorsque des journaux français sont sommés de s’excuser d’avoir publié des caricatures, d’avoir osé défendre les pape dans ses propos, ou un professeur de philosophie qui est l’objet de menaces de mort. Ne pensez-vous pas que notre liberté de penser est bridée, bafouée et ni défendue par les politiques, ni par les médias, au nom d’une « bien-pensance » et d’un « politiquement correct » dont les censeurs ne se rendent même plus compte que cette liberté d’expression est le ciment, l’un des fondements de la démocratie ?

Comment préserver le débat d’idées dans notre pays ? Quelles seront les mesures que les hommes politiques de tout bords comptent prendre pour défendre la liberté d’expression ?
B. Beaumarchais
libertedexpression75@free.fr
www.libertedexpression.biz

Rédigé par : B. Beaumarchais | 19 oct 2006 01:38:30

Je ne peux qu'appuyer la proposition de jmfayard. Dans la droite ligne de la "resistance" que fait le P.E. face aux propositions de la comission et de l' "intergouvernemantalité", pouvez vous tendre une main vers vos électeurs pour mettre au pied du mur ces représentants de second niveaux, i.e. choisis par des représentants du peuple, contrairement à vous qui êtes choisis directement par le peuple.
Bon courage pour vos luttes pour le respect des citoyens.

Rédigé par : egdltp | 19 oct 2006 16:14:35

Bonjour Benoît,
tout d'abord une précision, lorsque SR a émis l'idée de contourner le débat, elle en a mentionné l'inutilité vu qu'elle était déjà élue et qu'elle voyait pas pourquoi on viendrait encore l'emmerder! et dire qu'il y en a qui font des procès en arrogance! sur le traité elle prône un mini-traité, comme sarkozy, d'ailleurs c'est fou de voir le nombre de sujet sur lequel ils sont d'accord (pour rappel c'est lui qui a parlé le premier d'assouplissement de la carte scolaire).
Ma requête est assez simple (tout en étant compliquée): je suis scandalisée des propos de François Rebsamen sur le plateau d'Arlette Chabot jeudi soir, où il affirmait que (je cite) "certains jeunes sont des barbares", " qui n'ont pas de civilisation", "qui n'ont pas été éduqués", "auxquels il faut tout apprendre", "auxquels il va falloir tout apprendre"; c'est élégant, on dirait du Torquemada...
Benoît, seul un "non aligné" peut demander à Fra,çois Hollande, dans une lettre ouverte à Libé (par exemple) la suspension des instances nationales de ce Monsieur, pourrais-tu prendre la tête de cette fronde?

Rédigé par : Mathilde | 23 oct 2006 11:26:38

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.