« What European Policy under Gordon Brown? | Accueil | 1ère sélection »

25/10/2006

Gauche Italienne

Democratici_di_sinistra_1 Intéressante évolution que celle du "Parti de la Gauche" Italien. En 1989, Achille Occhetto propose la mutation du parti Communiste Italien. Un an plus tard le PCI se transforme en PDS et demande son adhésion au PSE et à l'Internationale Socialiste (Parti des Démocrates de Gauche) au prix d'une scission et de la création de "Rifondazione Comunista". Depuis, l'eau a coulé sous les ponts.

Le PDS, qui s'appelle désormais DS, privilégie aujourd'hui une stratégie d'alliance avec La Margherita, le centre italien. Le rapprochement s'accélère puisque les deux partis ont fait une assemblée commune lançant un processus d'unification en deux temps. Première étape, chaque parti fait son congrès et vote l'unification. A l'automne, congrès constituant du nouveau parti, qui pourrait s'appeler "parti démocrate". Ce mouvement ne se fait pas sans difficultés au sein de la formation de gauche italienne, où beaucoup annoncent et redoutent la disparation de la seule formation sociale démocrate italienne au profit d'un grand parti démocrate et centriste.

Se pose la question de l'affiliation européenne et internationale du nouveau parti. Aujourd'hui les membres de la Margherita appartiennent au groupe libéral européen. Les membres de DS appartiennent au PSE. Selon la rumeur, le compromis pourrait tenir à la modification du nom du Parti Socialiste européen qui deviendrait le "Parti des socialistes et des démocrates européens" !!!

Ce mouvement, qui fait écho aux rapprochements entre libéraux et travaillistes en Angleterre, est appelé par Denis Mac Shane, la quatrième voie : la constitution d'un grand pôle démocrate centre-centre gauche en lieu et place de la sociale démocratie européenne traditionnelle. La situation italienne reste, par plusieurs aspects, incertaine. Elle est cependant significative d'un mouvement contant de recentrage de l'orientation politique du PSE et de ses formations membres.

Je crois ce processus d'indifférenciation progressive entre la droite et la gauche européenne, ce processus de rapprochement des libéraux et des sociaux démocrates significatif du déclin de la sociale démocratie, de sa défaite idéologique, indépendamment de l'échec pourtant éclatant des politiques libérales dans toute l'Europe. Suite au congrès du PSE le 9 décembre...

Posted by Benoit Hamon on octobre 25, 2006 at 11:29 AM dans Témoignages | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d834bf7a2353ef

Listed below are links to weblogs that reference Gauche Italienne:

Commentaires

Cet article a été référencé sur LePolitoscope.net

Rédigé par : Le Politoscope | 25 oct 2006 21:38:01

Ce glissement bon an mal an de la sociale-démocratie vers le centre m'interpelle dans le sens où il est la signification d'une sédimentation de toute une partie de la classe politique de Gauche sur une logique de conservation de pouvoir à partir de la maitrise cynique des appareils politiques socialistes des états européens. Il était évident que depuis 1990, le paysage politique allait rentré dans une grande période de mutation. A l'aube de 2007, le paysage s'eclaircit et la nouvelle donne politique prend forme. Schématiquement on peut observer:

Deux évidences à Droite:

- Un renforcement des positions extrémistes et nationalistes avec malgré les spécificités locales, une cohérence idéologique des partis d'extrême-droite en Europe (engallairdis par les coups de boutoir des politiques économiques d'essence libérales au sein de l'Union et l'abandon par une partie de la Gauche d'un projet de construction de "super etat providence" [à concevoir comme un outil de régulation des rapports de force, de protection des droits et d'expression de la souveraineté populaire dans un espace démocratique] à l'échelle du Continent européen" pour répondre au déséquilibre entre puissance de l'argent et souveraineté démocratique)

- Un aggiornamiento idéologique quasi acquis pour l'ensemble des formations de Droite européenne vers un alignement libéral-conservateur, la encore soutenu par une dynamique européenne cohérente entre ces différentes formations

Plus d'incertitude à Gauche:

- Les tenants de la fameuse troisième voie qui cherchent à se recentrer en tentant de cristalliser autour d'eux un électorat d'un soit- disant nouvel ère "celui du post-modernisme", cette fameuse middle class qui serait à tout jamais figer au centre de l'échiquier politique européen. C'est l'objet du présent article de Benoit, dans lequel il décrit le processus de mutation des partis de gauche socialistes et démocrates italiens. Mais ce processus était ou est encore en cours en Angleterre, Au Pays Bas, en Belgique, En Espagne, En Allemagne, en Grèce, etc...

- Les tenants d'un discours offensivement anti-libéral posé sur les restes d'appareil post-communiste (trostkystes ou stalinistes) ou se mêlent anarchistes, altermondialistes, citoyen du Monde, pacifistes, libertariens, etc... mais sans base électorale réelle pour le moment. Un certain nombre de militants socialistes et sociaux-démocrates déçu par l'orientation "social-libéral" de leur "maison mère" sont attentifs à ce discours. La création du Linke Partei en Allemagne procède me semble-t-il de cette logique.

Reste, une offre politique à formaliser pour l'avenir un parti de Gauche démocrate, humaniste et réformiste, alliant les deux classes historiques de la Gauche moderne construisant son réformisme sur la base de la construction d'un véritable rapport de force face aux tenants du Capital (avant de parler de négociation, faut-il encore se poser la question de savoir combien on pèse, pour ne pas se retrouver avec des miettes économiques et sociales à présenter comme de grandes victoires !!! car je ne connais pas de dialogue ou de négociation sociale fructueuse dans un rapport de force déséquilibré). En un mot: Régénération. Régénération de la pensée socialiste et non adaptation de celle-ci. Je crois que cette idée est notre utopie, en tout cas c'est la mienne : )

Que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, notre début de siècle ressemble étrangement au début du XXe siècle. La fin de la Guerre Froide nous a précipité vers le début du XXe, comme si contrairement à ce que tout le monde pensait, plutot que de s'achever, l'Histoire reprenait son cours normal..... A méditer

D'ailleurs comment s'appelle ce prétentieux "intellectuel" américain qui annonçait la fin de l'Histoire après 1989 ???

Fraternellement,

Otman El Harti

Rédigé par : Otman | 9 nov 2006 01:07:18

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.