« Pyrénées Atlantiques - 13 avril 07 | Accueil | Drôme - 17 avril 07 »

14/04/2006

Parti Socialiste : devoirs d’après CPE

Image_1Ci après le texte de la tribune publiée le 14 avril dans l'humanité

La France découvre avec stupeur la violence de ceux qui viennent du énième rang et la radicalité de ceux qui y sont promis. En face, le pouvoir s’exaspère devant la cohorte de ceux qu’il condamne pourtant chaque jour un peu plus à jouer leur avenir dans une partie à élimination directe.

Depuis quelques années, les convulsions les plus brutales de la société sont réservées à la jeunesse, première victime des politiques de  relégation et de précarisation. Cette radicalité contagieuse répond à la violence d’un double effet d’éviction.
- l’éviction du droit à l’avenir, encouragée par l’alignement du modèle social européen aux normes libérales qui accentue la thatcherisation de la société française engagée par la droite Française depuis maintenant 4 ans. Sacrifice de l’école républicaine privée de moyens à la hauteur des enjeux éducatifs, équarrissage du droit du travail, report la jeunesse des échéances de la dette de l’Etat et des déficits sociaux, « flicage » d’Internet… C’est désormais le principe de solidarité à l’envers qui est appliqué, les générations les plus âgées mettant en danger les futures générations par les décisions qu’elles prennent ; en somme, les parents paient avec les chéquiers de leurs enfants.
- l’éviction d’une véritable citoyenneté politique créée par des institutions totalement impuissantes à offrir un espace politique adapté à l’expression des aspirations démocratiques et sociales de la population française.

La demande sociale est en conséquence si élevée qu’elle constitue un défi et une responsabilité majeurs pour la gauche si elle revient au pouvoir. Ce qui sera mis à l’épreuve le cas échéant, c’est moins la variété de l’arsenal des réponses au chômage des jeunes, à l’exclusion sociale ou aux discriminations, que la mesure radicale des changements que les socialistes jugent indispensables.

Fondamentalement, un projet de gauche n’est sérieux à prétendre incarner une « autre politique » que s’il s’attaque au moteur principal du chômage, de l’exclusion et de la précarité de masse : le partage de la richesse entre la rémunération du travail et celle du capital.

C’est un patron illustre qui rappelait à ses pairs la réalité économique suivante : « je veux (j’ai besoin) que mes travailleurs achètent mes voitures ». Henry Ford signalait cette évidence pourtant remise en cause par le cycle capitalistique actuel : pour vendre ce que l’on produit, il faut que les travailleurs aient les moyens de vous l’acheter. Il n’en faut pas plus pour démontrer que notre système économique marche sur la tête.

Entre 2000 et 2007, ce seront 172 milliards d’euros qui seront passés de la rémunération des salaires à celle du capital dans l’Europe à 25. La part du PIB distribuée en salaires directs et indirects ne cesse de se dégrader au profit de la rémunération du capital. Ce mouvement concerne tous les pays de l’Union Européenne. Michel Rocard rappelait récemment la cruelle réalité de la situation française : si le PIB français de 2005 était réparti entre salaires et capital selon le ratio des années 1980, ce sont entre 120 et 150 milliards supplémentaires de salaires directs et indirects qui auraient été distribués. On mesure l’impact qu’auraient ces 150 milliards additionnels sur les recettes publiques, les comptes de la sécurité sociale et la consommation des ménages : plus de croissance, plus d’emplois, moins de déficits publics et sociaux.

Pour la gauche en 2007, vouloir agir sans stopper puis inverser rapidement la dégradation du rapport actuel capital/travail, c’est accepter que celui-ci impuissante la croissance économique, dérègle et bouscule la cohésion sociale, fragilise encore plus le pouvoir d’achat. C’est admettre la réduction de nos marges de manœuvres budgétaires, la remise en cause définitive de la protection sociale solidaire, et plus fondamentalement, accepter la pérennité d’un chômage structurel de masse et/ou d’un nombre croissant de travailleurs pauvres et précaires. A périmètre d’action semblable, la gauche serait condamnée à échouer devant les aspirations sociales, et à laisser perdurer et aggraver les convulsions de la société française.

Négocier un nouveau partage de la valeur ajoutée, c’est donner de l’oxygène politique indispensable pour faire refluer la désespérance sociale et le découragement démocratique. Quand la gauche reviendra au pouvoir, elle devra donc proposer aux partenaires sociaux de négocier par priorité sur la répartition de la valeur ajoutée entre le capital et le travail et de fixer les délais et les rythmes pour atteindre cet objectif. Il appartiendra ainsi aux partenaires sociaux de dessiner le périmètre d’un nouvel ordre public salarial, d’incarner et porter la rupture décisive avec le compromis libéral hérité des années 1980. Cette négociation aura pour objectif d’arrêter le juste niveau de répartition de la richesse créée entre capital et travail pour faire face aux défis de l’éducation pour tous, de la croissance partagée, de la pérennisation d’une protection sociale solidaire et de la lutte contre la pauvreté et la ségrégation. La négociation sociale devra aussi examiner la contribution des entreprises au financement des systèmes sociaux et évaluer l’impact réel sur l’emploi des régimes d’exonération existants. Et c’est seulement en dernier lieu, au terme de la négociation ou dans l’hypothèse de son échec, que force reviendrait à la loi de mettre en œuvre le contrat politique issu des urnes.

On ne peut plus ignorer, sans mettre en péril la démocratie elle-même, la clameur de ceux que l’ordre libéral sécuritaire de Sarkozy, additionné aux outrances des institutions de la Vème République, relègue aux marges du jeu démocratique. Au-delà de la négociation d‘un nouveau partage de la valeur ajoutée, l’autre débouché politique à ce mouvement est clair : l’instauration d’une VIème République Parlementaire.

Le défi pour la gauche n’est pas de gagner sur les cendres de la droite mais de proposer et construire un nouvel ordre public social. Cela suppose un élan populaire suscité par les projets de la gauche. Nous ne changerons rien en fondant notre projet sur le seul diagnostic d’une France qui va mal parce qu’elle serait seulement mal gouvernée. Convaincus que le mouvement social nous garantirait une victoire certaine, la tentation peut être grande pour certains de ne rien dire ou de se contenter du slogan  « il ne faut promettre que ce que l’on fera ». Mais que fera-t-on demain quand on ne promet rien aujourd’hui ? A ce compte-là, l’investiture présidentielle semble promise au candidat du « moins-disant politique ».

Albert Camus affirmait : « Le désespoir ne naît pas d’une adversité obstinée ou de l’épuisement d’une lutte inégale, il naît de ce que l’on ne connaît plus les raisons de lutter, que l’on ne sait plus s’il faut lutter. » Les Français ne sont pas désespérés. Ils savent toutes les raisons de lutter. Et ils luttent. Le paradoxe serait qu’ils soient gouvernés demain par une gauche victorieuse mais désespérée.

Posted by Benoit Hamon on avril 14, 2006 at 01:56 PM dans Témoignages | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d8345de92c69e2

Listed below are links to weblogs that reference Parti Socialiste : devoirs d’après CPE:

» PS : devoirs après CPE from Et vole l'albatros !
Encore une fois, sur les questions fondamentales, je suis d'accord avec lui.Parti socialiste : devoirs d'après CPEPar Benoît Hamon, député européen,secrétaire national à l'Europe au PS, porte parole du NPSLa France découvre avec stupeur la violence de ... [Lire la suite]

Notifié le 14 avr 2006 14:06:52

Commentaires

bonjour,

"autre débouché politique .... l'instauration d'une VI ème République" écris tu
attention à ce que le discours colle à l'action .
Au PS la volonté de l'instauration d'une VI ème République (ou même d'une refonte des institutions),est restée en gare lors du dernier congrès du Mans. dommage...
Vincent Peillon , très visionnaire, ajoutant devant les congressites médusés : "ce n'est un sujet ". effectivement on le voit aujourd'hui...
Aujourd'hui ce combat continue au sein de "Rénover Maintenant" ,

Rédigé par : vollema | 15 avr 2006 11:32:02

Cher camarade,
il est toujours surprenant d'entendre des exclusives de ce type. Nous avons porté avec Arnaud un certain nombre de combats et j'en suis fier notamment celui de la VIème République. Cependant, au Mans, la question sociale, de sécuriser la position du Parti sur la Constitution européenne... Tu ne peux décréter que ce combat ne serait que celui d'un groupe et que les autres devraient l'arrêter.
La VIème république est un combat comme la question sociale ou la question européenne ou la rénovation du Parti, le NPS le mène avec d'autres...

Rédigé par : Sylvain | 16 avr 2006 13:47:23

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.