« A lire absolument | Accueil | FMI plénière »

16/02/2006

Vote de la directive Bolkestein

Avec_bernard_poignant_la_manif_contre_bo_2Le Parlement a finalement voté en première lecture la directive Bolkestein. Sans surprise. Vous trouverez ci-dessous mon communiqué en réaction à ce vote. L'attitude des socialistes Français a été claire. Nous avons d'abord voté un amendement de rejet de la directive. Il a été repoussé par une majorité du Parlement. Puis nous avons voté tous les amendements qui amélioraient le texte tant sur le champ d'application que sur l'article 16 qui consacrait le principe du pays d'origine. Enfin, nous avons voté une ultime requête en faveur d'une directive cadre sur les Services d'intérêt Général. Elle a également été repoussée. Lors du vote final et au regard de l'inventaire des reculs enregistrés et des progrès réalisés, 29 député socialistes sur 31 ont voté contre la directive Bolkestein.

Manifestation_strasbourg

vote du 16 février 2006 au Parlement européen à Strasbourg sur la directive services dite Bolkestein et sur les amendements de modification n’a pas permis de changer la nature profonde du texte qui reste nocif pour le modèle social européen.

La mobilisation des syndicats et associations n’a pas été inutile puisqu’elle a permis de modifier le texte dans un sens moins libéral. La gauche a réussi à soustraire quelques dispositions négatives mais pas toutes, loin s'en faut. En outre elle n'a obtenu aucune conquête supplémentaire, aucune garantie, amélioration ou protection nouvelle et concrète pour les salariés, les citoyens et les usagers de services publics dans un marché intérieur en voie de libéralisation complète.

Ainsi, le texte voté conserve plusieurs dispositions qui ont conduit les députés socialistes français à le rejeter au final :

- Il ne prévoit pas d’harmonisation des législations applicables aux services. Pour la première fois dans l’histoire de la construction européenne, la libéralisation d’un secteur ne s’accompagne pas d’une harmonisation, ce qui remet en cause les fondements de cette construction ;

- Il n’exclut pas les services d’intérêt économique général du champ d’application de la directive. Dans le même sens, les services de l’eau et de l’enseignement ne sont pas explicitement sortis du texte ;

- S’il n’est plus présent dans l’article 16 de la directive, le principe du pays d’origine est toujours mentionné dans les considérants du texte laissant la porte ouverte à toute interprétation.

Par le flou juridique qu’il instaure, ce texte laisse ainsi toute latitude au juge européen pour l’interpréter, créant ainsi une insécurité pour l’ensemble des salariés en Europe.

Pour ces raisons, nous avons voté le rejet et nous nous inscrivons dans les mobilisations à venir contre ce texte, lors des prochaines étapes d’adoption et notamment la décision du Conseil.

Posted by Benoit Hamon on février 16, 2006 at 07:52 PM | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d834aa209169e2

Listed below are links to weblogs that reference Vote de la directive Bolkestein:

Commentaires

j'avais souhaité vous rencontrer à Bruxelles ou je me trouvais( à titre d'invitée ) pour les débats sur la directive B mais cela n'a pas été possible .Militante ps à Talence je vous avais vu à Bordeaux lors de votre venue à Pauillac.Si cela vous est possible , je souhaite pouvoir vous rencontrer à nouveau à Bruxelles où je me rends souvent, ma famille travaillant au sein des institutions européennes ;je vous suis entierement pour ce qui concerne votre position sur la directive .Amitiés socialistes nicolemayer@voila.fr

Rédigé par : mayer | 16 fév 2006 21:14:55

Bonjour Benoit, et bravo pour vos deux commentaires qui nous éclairent un peu mieux pour les batailles à venir, en affirmant notre vigilance constante sur cette Directive remodelée avant la décision du Conseil de l'UE.
Mais 29/31 députés de la DSF, c'est presque le triple que l'expression de cette même DSF du NON au TCE;
C'est à souligner aussi. Chapeau!
Amitiés socialistes, Gilbert de Pertuis en Luberon.

Rédigé par : Gilbert Soulet | 17 fév 2006 11:15:55

Juste une petite question, une expression qui m'interroge:
"L'attitude des socialistes Français a été claire."
Pourquoi préciser la nationalité de ces socialistes là? Parce que ce n'était pas aussi clair pour l'ensemble des socialistes européens?

Rédigé par : Philippe. | 18 fév 2006 11:27:54

Bonjour,

Bravo pour votre position lors de l'interview sur France info du 15/02/06.
Voilà la communication que nous attendons.

Bravo au groupe pour sa position qui respecte le vote des français.

Reste qu'il serait souhaitable que vous fassiez plus de communication sur votre position.

Après le vote nous avons eu un reportage (le 16) revenchard sur france info qui accusait le groupe socialiste français d'être incapable de culture du compromis......
Ce reportage était assortie de témoignage de la droite française sur l'interrêt du compromis PPE/PSE.

Le journaliste n'a pas arrêté de faire des commentaires orientés....(cela rappel la campagne du TCE)

Heureusement que vous n'avez pas fait alliance avec cette droite revencharde et la plus réactionnaire d'europe.

Le danger de ce compromis n'est t-il pas dans le prolongement de la politque française de la droite de casser le code du travail.....

Bon courage,

Joël, militant socialiste Bas-Rhin

Rédigé par : joel67 | 18 fév 2006 19:58:52

Monsieur le député,

Que pensez-vous de ces agissement? Pouvez-vous agir pour faire cesser ce type de pratique indigne de la République ?

Texte diffusé par Bernard Defrance
www.bernard-defrance.net


Samedi 21 janvier 2006, je suis sorti de chez moi à Aubervilliers, vers
20
heures, pour aller au cinéma à Épinay-sur-Seine : j'avais rendez-vous
avec ma copine à 22 heures. Comme il était déjà 21 heures 30 passées et
que j'avais peur d'être en retard, arrivé dans Épinay, j'ai coupé à
travers une cité pour arriver plus vite. Deux jeunes marchaient
derrière
moi dans la même direction, quand une voiture de police s'est
soudainement arrêtée à leur hauteur, des policiers sont descendus en
leur
criant de ne pas bouger, j'ai entendu le bruit d'objets qui étaient
jetés
au sol, et les deux jeunes ont pris la fuite en me dépassant et en
courant. Moi je continuais à marcher simplement, étranger à cette
histoire. Les policiers se sont mis à poursuivre les deux jeunes. Ils
ne
m'ont rien dit, m'ont dépassé, et j'ai continué à marcher dans la même
direction, je les ai perdus de vue. Un peu plus loin, je les ai revus :
ils avaient rattrappé un des deux jeunes et l'avaient menotté, le jeune
était par terre et ils le frappaient à coups de pied, à coups de poing
et
un lui écrasait la tête par terre sous sa chaussure ; le jeune leur
criait d'arrêter, qu'il était asthmatique.

J'ai continué à marcher, en m'éloignant. Mais brusquement un des
policiers
m'a crié : « Viens là toi, fils de pute ! » et je n'ai rien compris !
Je
suis allé vers eux et un des deux m'a brusquement flanqué un grand coup
de pied dans le ventre et je me suis retrouvé par terre, menotté les
mains derrière le dos. J'ai essayé d'expliquer que je ne connaissais
pas
ces jeunes, que je ne faisais que passer, que je n'étais pas avec eux.
Le
policier s'est mis à me frapper partout à grands coups de pied dans le
ventre, dans les côtes, dans le dos et m'a immobilisé sous sa chaussure
sur la nuque en m'écrasant la figure par terre. J'ai crié que
j'étouffais, il a alors recommencé à me frapper à coups de pied, je
croyais que ça n'allait pas s'arrêter ! Finalement il s'est arrêté et
m'a
traîné dans leur voiture : l'autre jeune y était déjà et ils lui ont
demandé s'il me connaissait, il leur a dit que non pas du tout, j'ai
essayé d'expliquer calmement à nouveau que je n'y étais pour rien, dans
quelque histoire que ce soit, que j'allais au cinéma, que ma copine
m'attendait à 22 heures devant. Le policier a recommencé à me frapper à
coups de poing, je n'ai plus rien dit. En s'asseyant à côté de moi il
m'a
crié : « Pousse-toi ! Je me mélange pas avec ta race ! », et on est
arrivé
au commissariat d'Enghien-les-Bains.

Ils m'ont menotté sur un banc, l'autre jeune aussi, à l'autre bout du
banc. Un policier est venu vers le jeune en lui montrant son uniforme
maculé de terre et en lui disant : « T'as intérêt à avoir de l'argent
parce qu'il va falloir que tu me paies le pressing, sinon c'est ta tête
qui va payer ! » Le jeune a répondu qu'il n'avait pas d'argent et le
policier s'est mis à le gifler et le frapper. Le jeune a dit : «
Donnez-moi un mouchoir, je vais essuyer. » C'était vraiment humiliant
de
l'entendre supplier comme ça. Le policier s'est mis à ricaner et a
continué à le tabasser, ça a duré un bon moment et il s'est essuyé les
chaussures sur son pull, au niveau de son ventre. Ensuite le policier
est
venu vers moi, j'avais très très peur qu'il me tape aussi mais il s'est
seulement mis à me crier dessus en disant : « Et toi, petit pédé, si on
retrouve pas le sac on te fait plonger avec lui, vous allez voir ce que
c'est que la BAC du 95 ! » Ils ont alors à nouveau demandé au jeune
s'il
me connaissait et il leur a répondu à nouveau que non. Et ils l'ont
emmené. J'attendais sur mon banc. Au bout d'un petit moment un
policier
est revenu avec un sac à main. Il m'a enlevé les menottes, m'a emmené
dans une pièce à part et m'a demandé de me déshabiller complètement. Je
me suis déshabillé. Ils ont fouillé mes vêtements, ont trouvé l'argent
que j'avais pour le cinéma, soit 17 euros et 26 centimes ! Ils m'ont
alors
accusé de recel, ils disaient que l'argent appartenait à la victime !
Je
ne savais même pas ce qu'il s'était passé, et j'ai dit que c'était
faux,
que c'était pour le cinéma et je leur ai dit d'aller vérifier à
l'entrée
du cinéma, que ma copine devait m'y attendre en se demandant pourquoi
j'étais en retard ! Ils n'ont rien voulu entendre, je me suis rhabillé,
ils ont gardé l'argent et m'ont annoncé que j'étais en garde à vue pour
vol et recel. J'ai dû laisser mes lacets, ma ceinture, ils ont coupé et
enlevé le cordon de mon blouson, ils m'ont enlevé tous mes bijoux, ma
montre. Il était minuit passé et évidemment ma copine devait ne plus
m'attendre et s'imaginer que je lui avais posé un lapin. J'avais mal
partout à cause des coups qu'ils m'avaient mis dans la rue et dans la
voiture, et je pensais que l'autre jeune devait avoir encore plus mal
que
moi avec ce qu'ils lui avaient mis en plus au commissariat. Je me
disais
que s'il lui venait à l'idée de porter plainte je pourrais être témoin
!

Un médecin est venu me voir, il ne m'a qu'à peine regardé, il m'a
vaguement ausculté à travers mes vêtements en me demandant si j'avais
des
problèmes de santé. Je ne lui ai rien dit de mes douleurs. J'étais
complètement démoralisé. J'ai aussi vu un avocat qui m'a seulement dit
que j'allais bientôt sortir. J'ai à peine dormi. L'odeur de cette
cellule
était horrible. À chaque fois que je m'allongeais pour essayer de
dormir,
les petits boutons en métal sur les côtés de mon jean me rentraient
dans
la peau et ça me réveillait. Le matin j'étais complètement abruti. Ils
m'ont donné un jus de fruit.

Vers 9 heures 30, on est venu me chercher pour un interrogatoire ; j'ai
à
nouveau expliqué que je n'étais pour rien dans toute cette histoire, que
je ne faisais que passer et que l'argent m'appartenait. On m'a
redescendu
en cellule. On m'a donné à manger vers midi et vers une heure et demie
on
est venu me rechercher pour me confronter à un des membres de la
patrouille qui m'avait arrêté. Et là je crois que cela a été le pire
moment : j'ai vu et entendu comment un homme pouvait mentir de
sang-froid, affirmer des choses qu'il savait parfaitement être
complètement fausses. Il a prétendu que j'étais bien avec les deux
autres, que nous étions en train de nous partager le butin et que
c'était
moi qui avais tout jeté en les voyant arriver ! J'ai répondu que
c'était
totalement faux, que j'étais bien en avant de ces jeunes quand ils
avaient pris la fuite, que les policiers m'avaient dépassé en leur
courant après sans s'occuper du tout de moi au début, que si j'avais été
dans le coup j'aurais parfaitement pu m'échapper sans que personne s'en
aperçoive alors qu'ils étaient déjà loin devant et qu'ils ont attrappé
l'un des deux. Le policier de la BAC n'a rien répondu, ils se
contentait
de me regarder d'un air méprisant et ironique. Le capitaine qui menait
l'audition m'a demandé si j'avais autre chose à ajouter. Les larmes me
sont venues aux yeux, je n'arrivais pas à comprendre comment un
policier,
un homme tout simplement, pouvait mentir à ce point sachant le tort
immense qu'il commettait, comment après il pouvait se regarder devant
la
glace, comment des salauds pareils pouvaient porter l'uniforme qu'ils
portent. J'ai simplement dit : « Non, je n'ai rien à ajouter, ça ne
sert
à rien de parler à une personne qui ment et qui n'est pas honnête. » Je
suis redescendu en cellule. Je pleurais. J'avais encore mal partout.
Tout
cela était complètement injuste.

On est revenu me chercher à 16 heures. On m'a rendu mes affaires, mais
pas
l'argent. Et j'ai été relâché avec une convocation au tribunal
correctionnel de Cergy-Pontoise pour le 28 septembre : je suis accusé
d'avoir, à
Saint-Gratien, « sciemment recélé » 55 euros, un téléphone portable de
marque Nioka et une carte bancaire Visa !

Je suis rentré à pied, d'Enghien à Aubervilliers. Arrivé le soir chez
moi,
les deux premières choses que j'ai faites ont été de téléphoner à ma
copine et ensuite à mon ancien professeur. Seulement après, j'ai pris
une
douche, mangé et dormi.

Lundi matin, sur les conseils de mon ancien professeur, je suis allé
voir
mon médecin qui m'a fait un certificat et ensuite j'ai écrit ce récit.
Mon
professeur en a corrigé l'orthographe et le français et je l'autorise à
le publier, sous mon seul prénom, sur son site internet.

Najib

Rédigé par : Paul | 20 fév 2006 21:47:40

Bien sûr qu'il peut agir, (non en tant que dep europ mais en tant que (haut) responsable socialiste

la question est la suivante: le veulent-ils vraiment?

Que peuvent-il affaire: ( qund le PS était au pouvoir ou quand il y retournera)

1/Voter une loi qui empêche les agents de police de recevoir de l'argent quand ils portent plainte pour outrage et rébellion , car tous ceux qui portent plainte apres une "bavure" sont poursuivis (après) pour outrage et rebellion et doivent assez gracement rémunérer les agents qui les ont matraqué (300-500 euros a chaque fois, ca motive les agents à faire des bavures)

2/Voter une loi qui empêche un agent de porter plainte pour outrage après qu'une personne ait porté plainte contre cet agent

3/Faire ce qui n'a pas été fait sous Jospin: nettoyer la police des voyous racistes en uniforme qui pulullent dans les BAC de nuit (les équipes de jour se contentent en général de nettoyer les dégats des équipes de nuit)

4/Cesser d'être hypocrite en politique. Lors du congrès du Mans, Benoit a été favorable à une synthèse.
En tant que militant PS, j'étais contre pour une raison fondamentale: pendant la campagne, j'avais été pris à parti par les militants de la majorité de la droite du parti qui me scandalisaient en m'affirmant que grâce à Jospin tout allait bien dans les cités et quelques jours après, les "événements" ont éclaté et tout le monde a sorti son violon en dénonçant les zones de non-droit etc etc...
Il y a des choses sur lesquelles on ne peut transiger, celle de faire de la politique honnêtement, d'assumer la situation de la société française profondément inégalitaire en matière d'empoi, de logement de sécurité sociale mais plus dramatiquement encore en matière de sécurité et de justice... et ne pas retourner sa veste quand ça vous arrange.

Lorsqu'un fils de député sera fera tabasser, les choses changeront, mais c'est pas demain la veille qu'on aura un fils de député noir ou arabe, ou tout simplement qui vive dans une cité...


A bon entendeur...

Un petit point: Mr Frêche qui passe son temps sur les terres politiques du FN a traité les harkis de cocus, de sous-hommes, comparé à des porcs.
Il n'a pas été sanctionné par le PS,
ni dénoncé par le NPS de Benoit Hamon,
personnellement si j'étais dasn une équipe qui courtise une personne aussi peu recommandable, je quitterai cette équipe.
Ca s'appele le courage de ses opinions.
On en peut espérer d'un Ps qu'ils'attaque au racisme dans la police s'il ne l'attaque pas dans ses propres rangs....

Rédigé par : seb31 | 22 fév 2006 15:56:00

Hier soir en Bureau national du PS, 3 des 5 interventions demandant des sanctions politiques contre G Frêche l'ont été par des membres du NPS. Comme quoi, les prejugés n'épargnent personne. Morale : souvent, ceux qui affirment ne transiger avec rien par honnêteté, par intégrité, transigent tous les jours avec la réalité pour justifier leur vertu.

Rédigé par : | 22 fév 2006 16:44:44

Le seul responsable national du PS à avoir immédiatement communiqué et dit que Georges Freche deshonore la gauche.....s'appelle Benoit Hamon. A bon entendeur!

Rédigé par : olivier | 22 fév 2006 18:12:04

Faire de la politique, ça n'est certainement pas de déverser son fiel et ses rancoeurs sur le blog d'un député européen.
Et si rénover maintenant, c'est dénigrer constamment, c'est mal parti.
Amusez vous bien, nous on bosse.

Rédigé par : Antoine | 22 fév 2006 18:29:28

Plutot que de venir tenter une manoeuvre d'appareil risible, attache toi aux faits : Benoit et le NPS portent une position parfaitement nette. mais peut être que ca ne t'intéresse pas ?

Rédigé par : Valerio | 22 fév 2006 22:41:49

NPS bosse ? sur quoi ?vous êtes inaudibles...
Aucun retour de vos activités au sein du secrétariat national, un site et un blog désespéremment vides, une réunion nationale uniquement réservée "aux cadres", aucun retour dans la presse,...

On se demande vraiment ce que la présence de NPS au sein de la majorité apporte au parti...et aux idées portées jadis par ce courant.

Plutot que de continuer à vous cacher dans la coquille vide qu'est devenu NPS, osez vous exposer en tant que militants de NG et affirmez vos ambitions : avoir des postes et du boulot pour vos copains.
la rénovation n'avancer pas plus mais au moins vous arrêterez de tromper les militants.

A bon entendeur...

Rédigé par : Benjamin | 23 fév 2006 10:14:46

Le but de mon post n'etait pas d'opposer le travail des uns et des autres. Et je regrette si c'est apparu ainsi. Ceux qui y voient une manoeuvre d'appareil, ca en dit plus long sur eux.

Je souhaitais faire remarquer l'hypocrisie du Ps sur les questions de racisme
Nul doute que NPs, Benoit Hamon et d'autres (Ayraut) ont critiqué Freche.
Par contre, cela n'est ressorti nul part, et j'ai recherché vainement; ca ne coute rien de communiquer de tels reprobations sur ses blogs (rien vu sur ce blog, ni celui du NPS, ni celui du PS, ni celui de Nouvelle Gauche...) Si j'ignore que Benoit ait immédiatement critique Freche ou que 3 NPs en BN aient demande des sanctions, mon ignorance est du au manque de communication sur ces reprobations.

La question que je me pose, vis a vis de la synthese n'est pas de savoir s'il faut peser de l'interieur ou de l'exterieur (personnes n'a entierement raison ou tort sur ce sujet). on vise les memes objectifs, enfin je crois.
la question que je me pose, est de savoir jusqu'a quel point on peut travailler avec des gens qui s'accommodent du racisme dans leur parti, que ce soit celui de Freche, ou celui d'elus locaux vis a vis des tziganes, de celui des maires Ps qui s'enorgueillisnet de ne pas construire de logements sociaux ou de les constuire sous forme de ghettos. Malheureusemnt les "Freche" nostalgiques du colonialsime ou les petits élus xénéphobes sont trop nombreux au PS pour que l'on puisse se dire irreprochables sur ce point.
plus généralement le Ps a trop longtemps laissé prospéré les conditions du racisme, par une politique d'immigration mi-chêvre mi-choux, sans le courage d'accepter la nécessité et les bienfaits de l'immigration, un politique de ghettos sociaux, de ghettos scolaires, l'inexistence des politiques publiques d'intégration ( on laisse tout le boulot aux assocs), et aucun travail de mémoire en interne sur des grandes questions comme la colonisation et ses conséquences dans les mentalités et la structuration de la société d'aujourd'hui, c'est à dire une politique ségrégationniste dans les faits sous couvert d'idéaux républicains qui ne s'appliquent qu'à certains.
Ce n'est pas malheureusement un hasard si les choses qui sont arrivées à ce jeune homme se passent, si le racisme des policiers, ou des fonctionnaires est toujours couvert par leurs supérieurs.

Quant à l'action, travaillez au sein de la direction si vous pensez que c'est plus utile, on attends juste des résultats,
si vous les obtenez, cela vous donnera raison.
Sinon, ce serait mieux de quitter la direction (histoire de ne pas donner raison aux "mauvaises langues" qui vous accusent de faire de la politique par intérêt plus que par conviction)

Rédigé par : seb31 | 23 fév 2006 11:09:05

Donc cher camarade, la politique se résume à la communication d'un courant, moi je croyais que c'était à l'action de l'ensemble des socialistes que nous nous intéressions pour être utile à notre camp.
Tiens une campagne d'un ton rarement connu contre Bolkstein !! peut être est-ce du à un miracle qui tombe de nulle part, ou peut être est-ce du au travail de camarade notamment du secrétaire national en charge du projet européen ?
Mais peut-être vaut-il mieux se préoccuper des futurs députés trentaires que des droits des salariés de l'Union Européenne. Rénover maintenant le plan de carrière des trentenaires ou luttons avec l'ensemble des socialistes français sur bolkstein,... moi je choisis la synthèse et l'action militante,
un futur trentaire fier du député européen presque quadra...

Rédigé par : Sly | 24 fév 2006 22:58:53

comprends rien a ton post:
quel rapport avec des deputes trentenaires ou quadra et Bolkestein et le probleme des sanctions contre Freche et + generalement de la lutte dontre le racisme et les discriminations. Tu me la refais?

Ce que Benoit fait sur Bolkestein ,c'est tres bien ( et meme si ca ne change rien ce n'est pas de sa faute), ca n'est pas une raison pour soutenir une direction qui soutient Freche.
Philippe Marchand (ancien ministre) s'est mis en conges du PS. C'est logique d'etre fidele a ses principes
je milite au PS pour plein de raisons. Mais je ne sais pas si je dois encore militer dans un parti qui ne sanctionne pas ceux qui occupent le terrain de l'extreme droite. Certaines choses ne sont pas des "details".
Que je sache, la renovation des pratiques politiques, partisans de la motion 5, on y croyait tous, et j'ai vu Hamon nous faire un speech d'1 heure sur le sujet.
Et maintenant?

Rédigé par : seb31 | 27 fév 2006 10:54:46

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.