« L'application de la politique économique de l'Union dans les 25 Etats membres | Accueil | Clarification »

31/07/2005

French Bush

Jogging1  « (…) Souvent, il m’arrive de me sentir étranger en mon propre pays (…)». C’est Nicolas Sarkozy, venu rencontrer un parterre d’étudiants américains  le 4 octobre 2004 à l’Université de Columbia (NY) qui s’est laissé aller à cette curieuse confidence. Il ne faut voir aucun hasard dans cette déclaration, aucune gaffe, aucune légèreté. Dans ce clin d‘oeil d’un candidat déclaré à la présidence de la République Française adressé sur le territoire américain à un public travaillé par le sentiment « anti-français », il n’y avait aucun hasard mais un signal et une promesse aux autorités américaines : « je suis des vôtres ».

Ainsi, Sarkozy a pu engranger et savourer les compliments complaisants de la presse conservatrice US sur ce Français si différent du reste de la classe politique hexagonale. L’Amérique victorieuse de Bush a choisi son interlocuteur. Il est libéral, communautariste et partage le dessein d’un monde ordonné selon une hiérarchie civilisationnelle qui place les valeurs de l’occident chrétien au sommet de l’axe du bien.

Aux plus belles heures de la querelle transatlantique on ne se souvient pas avoir entendu Nicolas Sarkozy soutenir le refus français de s’associer à une guerre tout aussi illégale que dangereuse pour les grands équilibres mondiaux. Respect des prérogatives du chef de l’Etat ? S’agissant de Nicolas Sarkozy, cette règle ne s’applique pas. En réalité, il est probable que le plus « aligné » des ministres de droite ait opportunément fait silence, l’œil rivé sur les courbes de l’opinion française, sur ses désaccords vis-à-vis de la position française dans le conflit irakien.

La France a son « good guy ». Son projet est simple : le marché, la communauté et le bâton. Le marché comme instrument et espace de régulation sociale et économique, la communauté comme lieu de citoyenneté et le bâton pour maintenir l’ensemble en ordre.

Reconnaissons que dans les faits il s’efforce de ressembler à ses maîtres outre atlantique. Les exemples pullulent. Je n’en prends que deux où l’anecdote révèle une pensée et une stratégie inquiétantes.

Tom Cruise fait la promo en France d’un de ses films en 2004. Il est reçu le 30 août par Nicolas Sarkozy alors Ministre de l’économie et des finances. Qu’il soit un missionnaire actif d’une organisation, reconnue comme une secte par l’Etat français et donc surveillée par le Ministère de l’Intérieur, ne l’a absolument pas gêné. Nicolas Sarkozy n’a pas eu à l’égard de l’Eglise de Scientologie, les mêmes préventions que l’ensemble des autorités publiques chargées de lutter contre l’entreprise de manipulation et d’extorsion dont cette secte s’est rendue plusieurs fois coupable. Il considère que ces communautés religieuses, jouent un rôle déterminant dans construction individuelle des consciences. Il attribue aux églises, communautés et médias les fonctions d’intellectuel métapolitique que Gramsci avait identifié comme moteurs de l’hégémonie culturelle préalable à la conquête du pouvoir politique réel. Il juge que la valorisation et la reconnaissance de leur place et de leur rôle est une clé essentielle d‘un système fondé sur la soumission des consciences. Il façonne et alimente cette société stigmatisée par Guy Debord où : « pour la première fois, les mêmes sont les maîtres de ce qu’on fait et les maîtres de ce qu’on en dit ».

Sarkozy organise le communautarisme. Simultanément il prépare le désengagement de l’Etat et l’effacement de la République. Sa stratégie est simple, favoriser l’organisation des communautés et leur pérennité. L’Etat leur offre la reconnaissance et leur garantit comme dans le cas de l’Islam à travers le conseil français du culte musulman un cadre légal pour assurer leur financement et leur développement.

La montée récente des violences antisémites a donné l’opportunité de mettre en application cette stratégie nouvelle des autorités publiques françaises. Observons la politique de Sarkozy à la lumière de ce cas d’école. Son diagnostic est simple : les juifs sont victimes d’agression répétées essentiellement du fait de jeunes issus de l’immigration. Ce constat réduit l’augmentation des profanations de cimetières perpétrées par de jeunes néo nazis et la relance par Bruno Gollnisch de polémiques négationnistes à des manifestations antisémites traditionnelles et finalement négligeables.

Pour régler le problème de la recrudescence des actes antisémites, il faut donc que les communautés se rencontrent et règlent leurs différents entre elles. A l’Etat, la charge du médiateur. Sarkozy organise donc une « rencontre secrète » entre Fouad Allaoui, président de l’UOIF et Roger Cuckiermann, président du CRIJF. Le lendemain cette rencontre est opportunément rendue publique. Aux communautés que le gouvernement met en face de leurs responsabilités en médiatisant leur dialogue, le devoir de mettre fin à leurs conflits. Le résultat de cette stratégie, c’est l’abandon de la République, communauté de droit et de valeurs au profit d’une société dans laquelle la discrimination ou la violence qui frappent un citoyen en raison de ses origines, de sa foi, de ses convictions n’insultent plus la collectivité mais relève désormais du conflit particulier.

Hier, la République était le rempart des citoyens français face à la violence faite à un seul d’entre eux au nom de l’antisémitisme ou du racisme. Aujourd’hui le gouvernement privatise le règlement des conflits et décharge la République de sa mission protectrice et émancipatrice. Nicolas Sarkozy n’est pas Républicain, au sens où on l’entend ici, il est Républicain au sens où on l’entend Outre Atlantique.

Bourdieu a écrit : « de toutes les forces de persuasion clandestine, la plus implacable est celle qui est exercée tout simplement par l’ordre des choses. » La force du néo libéralisme est d’obtenir le consentement de ses victimes. Pour parvenir à ce consentement, il faut l’intervention d’acteurs économiques, sociaux culturels qui affirment et démontrent davantage que la suprématie du système libéral : sa fatalité.

Il est urgent de propager la dissidence.

Posted by Benoit Hamon on juillet 31, 2005 at 01:31 PM dans Témoignages | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d83424dee853ef

Listed below are links to weblogs that reference French Bush:

» Sarkozy Ier (?) from Politique et LL, le blog de Bix
Notre actuel ministre de l'intérieur, président du conseil général des Hauts-de-Seine, président de l'UMP, ancien maire de Neuilly et cocu de Cécilia est-il un futur dictateur ? [Lire la suite]

Notifié le 31 juil 2005 20:44:36

» Les ennemis de mes ennemis sont mes amis from Edito
Comme moi, devenez un AS. Je suis un AS. Oui ! Convaincu. Un AntiSarkosy convaincu. Il va sans dire que ce personnage n'existe pas dans mon Utopie Politique. Voici un argumentaire trouvé sur le site AntiSarko de RéSo : "Argu-mail" n°1 - Sarko... [Lire la suite]

Notifié le 4 août 2005 10:41:09

» Le culte de la personnalité from sarkostique
Prononcé par Yves Jego, député de Seine-et-Marne proche de Sarkozy : "A l'UMP les nouveaux militants adhèrent plus pour la personnalité de Nicolas Sarkozy que pour le parti et son bloc idéologique".... [Lire la suite]

Notifié le 6 sep 2005 10:06:20

Commentaires

S'il se sent mieux là bas ,on le retiens pas. Cela lui permettra de prendre conscience de ce qu'est le statut d'immigré.

Rédigé par : jeje33 | 31 juil 2005 22:20:14

C'est un peu mesquin, mais on remarquera que la photo laisse Sarko aussi grand que son garde du corps, alors qu'il est loin et plus bas (le garde).
Je pense que la sélection du cliché est faite par de bons conseiller en taillographie :)

Rédigé par : nOOn | 1 août 2005 12:11:28

http://sarkozynews.canalblog.com/

Chaque soir entre 19h et 20h, un article sur Nicolas Sarkozy...

Pour ou contre?

A vous de voir ;-)

Rédigé par : SarKozY News | 1 août 2005 21:31:03

J'ai publié le début de votre post et votre adresse pour que mes lecteurs puissent lire la suite dans votre blog.
Si ça vous pose un problème, il suffit de me le faire savoir par e-mail.
Merçi!

Rédigé par : SarKozY News | 2 août 2005 19:00:47

Le problème de la République, c'est qu'elle est le "régime des ambitieux": ainsi, M. Sarkozy fait-il son jeu, sans respect pour notre pays et l'intérêt général. La Monarchie aurait cet avantage d'"externaliser" la magistrature suprême de l'Etat et d'éviter qu'elle soit la proie des convoitises.
Mitterrand, qui connaissait bien le comte de Paris (et pour cause!), connaissait et appréciait, s'il n'approuvait pas, cet argument.

Rédigé par : J.-P. Chauvin | 3 août 2005 15:57:45

Imaginons ... que, et sous le pretexte d'une italie belliqueuse, les soldats Iraniens, excédés, viennent envahir la péninsule de la botte. Quelles serait notre réaction ?
Tout cela pour dire que Sarko, à vouloir imposer en France certains aspects du modèle amércain va droit dans le mur -et il est certain qu'à droite certains l'aideront à accelérer dans cette direction-.
Pour une critique de la politque antiterroriste du gouvernement (et une future critique de la contribution thématique de Monsieur Boucheron "non il n'y a pas de choc des civilisations mais juste un choc au sein de l'Islam")voir mon blog ou mes articles :

http://christophe.cavailles.over-blog.com

cordialement,

Rédigé par : Christophe Cavaillès | 12 août 2005 11:30:42

Ne vaudrait-il pas mieux parler "de la [contrition] thématique de Monsieur Boucheron "non il n'y a pas de choc des civilisations mais juste un choc au sein de l'Islam"" plutôt, qque part?! :D

www.europepuissance.blogspot.com

Rédigé par : Alceste | 14 août 2005 07:55:14

Allons bon, personne ne propose Benoït Hamon comme premier secrétaire du PS potentiel?!

Rédigé par : Alceste | 24 août 2005 01:24:16

Alceste,
Je crains que ta proposition ne sois un rien ironique.
Néanmoins je pense qu'à ce jour le PS n'est pas assez mature pour avoir Benoît Hamon comme premier secrétaire.
Mais le temps faisant son oeuvre, ne desespére pas ce jour là arrivera bientôt.

Rédigé par : jeje33 | 24 août 2005 08:47:05

Jeje33,

Oh, disons que je taquine.
Il est le seul des chefs du NPS à apparement ne pas se voir proposer le poste. Mais qu'il ne désespère pas, peut-être que Jack Lang fera appel à lui mdr. :D

Sinon honnêtement je ne suis pas en position de juger de la valeur de M. Hamon. Je ne connais pas assez de ses opinions et de sa personnalité (il faudrait que je prospecte un peu sur le sujet).

Rédigé par : Alceste | 24 août 2005 12:21:16

Bonjour,
Rien à voir avec cet article mais je viens de faire un test sur: http://www.politest.fr/

Le résultat:

Vous vous situez à gauche.

Le parti dont vous êtes le plus proche :

le Parti Socialiste

Le(s) parti(s) qui vien(nen)t ensuite :
le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) de Jean-Pierre Chevènement
mais vous ne partagez pas la même opinion sur l'importance de la responsabilité personnelle des gens.

Benoît, bon courage pour l'Université d'été à La Rochelle

=> Si Peillon & Montebourg n'arrive pas à se mettre d'accord (!) je propose aux militants NPS de désigner Benoît Hamon comme candidat NPS au poste de premier secrétaire du PS au congrès du Mans ;-)

Rédigé par : Helder | 25 août 2005 11:44:15

Error!

=> "n'arrivent pas" au lieu de "n'arrive pas"

Rédigé par : Helder | 25 août 2005 11:46:00

Résultat de mon politest:

"Vous vous situez à droite.
Aucun parti ne correspond exactement à vos opinions.
Cependant, le parti dont vous êtes le plus proche :
l'UMP
mais vous ne partagez pas toujours les mêmes opinions sur les questions liées à l'évolution des moeurs.
Le(s) parti(s) qui vien(nen)t ensuite :
le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers
mais vous ne partagez pas la même opinion sur l'Europe."

Rédigé par : Alceste | 25 août 2005 18:59:56

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.