« Le Texte de la directive "Services" | Accueil | Projet socialiste »

26/03/2005

Néo what ?

Macshane "... les réactionnaires, les néo-conservateurs, les néo-communistes, les néo-cons qui tentent de vous persuader que voter non au traité est une bonne chose..." a cru bon de déclarer Dennis Mac Shane Ministre britannique des affaires européennes à Bordeaux lors d'une réunion publique en faveur du Oui au traité constitutionnel européen. La semaine dernière c'est un éminent artiste du comité de soutien socialiste au "oui" qui comparait la "France du Non" à la "France moisie". Enfin en début de semaine, Martin Schulz, Président du groupe socialiste européen déclarait dans une interview à Libération cette phrase mémorable : "les tenants du non se croient à EuroDisney!"

Pour ma part, je suis un partisan discipliné du "Non" comme on dit. Un de ceux qui ont plaidé pour le "Non" dans le PS, s"inclinent devant le suffrage militant et même si leurs convictions demeurent et si leur vote les manifestera sans hésiter, ne font pas campagne.

Je m'autorise cependant aujourd'hui une réaction. J'ignore si c'est la panique ou l'arrogance qui inspire la campagne de ces partisans du "Oui", mais j'assure qu'outre les blessures qu'elle laisse, cette stratégie est vouée à l'échec. Je mets en garde enfin contre les appels guerriers de quelques uns dans le comité de campagne du PS pour le Oui à "ne faire aucun quartier". Le "oui" dévisse dans les sondages et les dérapages se multiplient. Tout le monde, particulièrement au PS serait bien inspiré de se rappeler qu'il y a un après 29 mai, qui, que l'on soit aujourd'hui pour le "oui" ou le "non", nous interroge sur notre capacité à nous rassembler pour gagner en 2007.

Alors, juste pour rire, imaginons la conversation que Tony Blair aurait pu avoir avec son ministre des Affaires Européennes juste après l'incident de Bordeaux.

- "Hello Dennis, I just have been with François Hollande on the phone. He told me that you declared yesterday that the french people who are against the european constitution are a kind of "piece of shit"!

- Not exactly Mr Prime Minister, I have just said that they are neo cons.

- Do you remember, dear Dennis, that we will have general elections in May ? Do you remember that we expect that some millions of "english neo cons" will vote for us?

- I forgot Sir. I was so enthousiastic !

- I'm sure you were. But now Dennis, I'm sure about this : you're not a "neo con" because you are a true one."

Posted by Benoit Hamon on mars 26, 2005 at 12:46 PM dans Témoignages | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d8347710ab69e2

Listed below are links to weblogs that reference Néo what ?:

Commentaires

Tu as raison , Benoit, c'est un peu agaçant cette agressivité, qui croit de façon inversement proportionnelle aux sondages favorables au non. Et dire, qu'il y a quelques jours, tout le monde prônait le non...Il est vrai que c'était pour Bolkestein! Et personne ne s'est fait traiter d'anti-européen. Comme quoi...Moi qui voyage beaucoup sur Internet, je m'aperçois que le débat fait rage sur les blogs, et que plus en plus de "non" s"expriment. Les cyber-citoyens s'emparent de ce débat, et refusent les campagnes de com sensées tenir lieu de débat politique. A suivre...

Rédigé par : michel moine | 28 mar 2005 00:09:50

Une image. Elle date d'il y a dix ans. Moins un mois. Peu importe. Benoît, tu craques, Chirac a gagné. Des larmes qui n'ont apparemment jamais séchées. Pour le bien de la France, Benoît, j'espère que tu ne prônes pas le "non" comme une vengeance de ce que tu as subi quand Lionel Jospin a perdu pour la première fois.
Pour ma part, je ne sais pas pourquoi je voterai "oui". Peut-être du suivisme. Peut-être de la pleutrerie, peut-être les chocottes. Je ne sais pas. Je voterai "oui", avec le sourire, avec de la hargne, de l'envie, des couilles, du culot, du métier aussi. Parce qu'on ne fait jamais avancer une cause en se mettant en marge d'un mouvement. Nous avons l'occasion d'être un ver dans le fruit Europe. Si nous votons "non", nous perdrons cette capacité de nuisance. Parce que nous serons définitivement mis sur la touche. Que plus personne ne nous écoutera.

Alors un "oui" vicieux, un "oui" mauvais, un "oui" tortueux, un "oui" de calcul ? Oui. Surtout un "oui" parce que j'ai peur de la guerre. Parce que j'ai peur de l'écart. Un "oui" de hine aussi. Un "oui" qui dit non aux archéos qui vous accompagnent, toi et Emmanuelli, toi et Fabius. Il ne gagnera jamais. Si le "non" gagne, ce sera une nouvelle défaite. Pour lui plus particulièrement.

Parfois, il faut savoir courber l'échine. Savoir survivre. On ne meurt plus pour ses idées. On vit pour faire vivre les siennes plus tard. Je t'en conjure, change d'avis. Même si les tenants du "oui" sont nuls. Même si tu les voues aux gémonies. Comme moi. Mais eux passeront, tandis que l'Europe restera. Et vivra grâce au "oui".

Raph.

PS : vendredi soir, j'ai vu à la sortie de l'école maternelle de la rue Saint-Benoît des gamins déguisés pour Pourim. C'est à eux que je pense en votant "oui".

Rédigé par : Raphaël | 29 mar 2005 09:21:18

C'est vrai que l'agressivité croît et c'est une bonne chose. Je suis 100% de mon temps ou presque en Ardèche, qui fut jadis une terre de mission et...qui le reste. Toutes celles et ceux que je croise votent Non, ou presque évidemment. Pour l'heure, à l'exception de militants de droite, les seuls partisans du Oui que je connaisse sont des élus socialistes, tous de l'ancienne garde, ou des adhérents du PS acquis au libéralisme, les militants ayant eux déjà dit non.
Plus les tenants du Oui sont agressifs, plus le Non progresse, ne serait-ce que par réaction. ALors sondages ou pas, nous sommes quelques uns à continuer de labourer inlassablement le terrain, les soirées, les apéros, les rencontres sportives, les fêtes et meme les kermesses pour que le Non s'installe durablement.

Rédigé par : Olivier D | 29 mar 2005 10:08:33

Salut Ben!

De toute façon c'est la crainte de la défaite qui arrive, car aujourd'hui on nous ressort comme à chaque fois l'argument de la crise, du chaos....que faire si le non l'emporte? déjà c'est une bonne chose car cela va nous permettre de renégocier et cette fois ci je l'espère que nos négociateurs auront un vrai mandat pour faire l'europe que nous voulons!
Pour ton info, chez moi dans mon aube natale c'est le non qui va gagner car la population ne veut pas entendre parler de cette europe, de ce traité pour de multiples raisons: la crainte des délocalisations donc le risque du chômage, la concurrence déloyale en terme d'emploi si une directive à l'identique de celle des services s'applique...voici en gros comment les gens perçoivent cette Europe.

Bon courage à toi et Keep cool, la victoire est en nous

David Parison

Rédigé par : David Parison | 29 mar 2005 12:33:02

Raphaël...
S'il vous plaît, arrêtez avec ces arguments sur la guerre...
Que veut-on nous faire croire ? que le 28 mais des "divisions de panzers" se positionneront sur la frontière Franco-Allemande et que si le NON gagne le 29, l'Allemagne déclarera la guerre à la France...
Je trouve ça un peu dégueulasse de parler de ces enfants juifs qui fêtent Pourim... autant dire carrément que nous, défenseurs du NON, voulons recommencer la Shoah !!?!!
Un peu de réalisme, tout de même !!
Oui, la construction européenne a été un instrument au service de la paix... oui, tout ça a commencé par une mutualisation de ce qui pouvait servir à fabriquer des armes dans la CECA... mais il y a eu Adenauer, Brandt, Khol aujourd'hui Shröder... et la marché unique, et l'Euro...
D'où sort-il ce fantasme du NON qui ferait renaître Verdun, Hitler et Auschwitz... ??

J'ai longuement parlé de ce traité avec des camarades que je respecte beaucoup... Et je continue à les respecter malgré ce grand désaccord car nous avons parlé ensemble du traité... pas de la guerre, pas de l'avis du PSE, pas de l'avis de LO et la LCR (entendu en section "LO et LCR sont contre donc on doit être pour")... Nous avons chacun compris, sans les partager, les convictions des autres... Dans le respect mutuel !!!
Comme Benoît, je respecte le verdict et je suis simple spectatrice de cette campagne nationale si blessante de nos camarades du OUI contre nous... ("si on réfléchit, on est pour le oui")... mais ces insultes et ces aggressions marqueront forcément mon militantisme pour longtemps...

Rédigé par : Amélie | 30 mar 2005 16:18:30

Raphael je pense que tu portes le débat sur la constitution là ou il n'y a pas lieu d'évoquer cette question.
Tu évoques simplement le contexte et des évenement complètement exterieur au texte (un peu tirés par les cheveux en plus...).
Quant je lis ce texte je pense aux conséquences concretes des différents articles sur les thématiques de l'emploi, de la répartition des richesses.... et sur la mise en place d'une vraie politique de Gauche un jour pour l'Europe. Il ne faut pas se fondre dans la dictature de la classe dirigeante, la voie referendaire en cas de victoire du NON sera synonyme qu'aujourd'hui encore ce sont les citoyens qui décident, la France d'en Bas ;)...
Enfin dramatiser le débat, en pronant la fin de l'Europe, je pense plutot que le rejet de ce texte sera le meilleur moyen de soigner notre Europe, une vraie Europe sociale. Je rappel simplement que le projet de Constitution doit entrer dans l'ordre juridique en 2009, on a encore 4 ans devant nous.
Le 30 Mars au réveil, les partisans du "non" auront juste un peu la gueule de bois aprés avoir feter tout au long de la nuit la victoire pour Une Europe plus juste.

Rédigé par : Loic | 30 mar 2005 18:30:43

Bonjour Mr Hamon,

C'est d'abord en voisin que je passe par là : nous habitons le même immeuble, et nous nous sommes même déjà croisés dans l'escalier ! J'occupe le 7e étage (6e entresol, nous jure l'agence) avec la femme de ma vie et son fils de 7 ans. Passez boire un verre quand vous voulez !

C'est ensuite en "sympathisant" du PS, comme on dit, que je passe par là, et je souhaiterais vous poser quelques questions : dans le cas d'une victoire du non, qui renégociera le traité, et quand ? Y-a-t-il de réelles chances pour qu'un nouveau traité soit plus "à gauche", plus social disons, sachant que le centre de gravité politique en Europe est nettement plus à droite qu'en France ? N'y-a-t-il pas un risque qu'à trop en vouloir, on n'aura plus rien ?

Rédigé par : Tcheni | 31 mar 2005 12:47:08

Bonjour,

Volontiers le verre ! A propos de l'après 29 mai en cas de victoire du Non. ce qu'il faut avoir en tête c'est qu'en toute hypothèse, la probabilité que le traité soit ratifié par les 25 pays est faible. La Pologne, le Danemark, la République Tchèque et surtout le Royaume Uni sont avec la France les 5 pays où le référendum laissent entrevoir l'hypothèse sérieuse d'un Non. Ne raisonnons donc pas sur la probabilité d'une renégociation mais plutôt sur son mandat. Que se passera t'il, si les chefs d'états doivent rediscuter du traité après deux voire trois "non" inspirés par une logique conservatrice et nationaliste ? Ils renégocieront à la baisse. A mes yeux, cela éclaire différemment l'intérêt du "non" de gauche des français : pour que la leçon de l'échec de la ratification de ce traité ne soit pas le refus de trop d'Europe mais aussi le refus du moins disant social et du moins disant démocratique.

Rédigé par : Benoit Hamon | 31 mar 2005 20:04:42

J'attends le 29 mai pour pouvoir exprimer mon avis sur la Constitution. En attendant, je suis désolée de voir des socialistes qui s'entre-déchirent donner cette image de mon parti.

Mais je voudrais aussi dire une chose à ceux qui vouent aux gémonies Mélanchon et Emmanuelli parcequ'ils ne respectent pas le vote des militants:

- Jusqu'ici Solferino n'a pas respecté non plus le vote des militants socialistes.

En effet, le débat au sein du parti a été de très haute qualité. Au final, le OUI ne l'a pas emporté à 100%, loin de là. Au final, le OUI défendu par ses partisans et qui l'a emporté était un OUI de combat, un OUI offensif. Au final, le PS avait même listé la liste des insuffisances du Traité, il avait porté un regard de gauche sur ce traité.

Bref, personne n'a voté pour ce OUI béat, ce OUI en affiches 4x3m sans recul aucun...

En faisant cela, Solferino a trahi l'exigence sociale du OUI socialiste que le PS devrait porté... c'est pour cela je pense que le OUI baisse dans les intentions de vote des sympathisant(e)s socialistes.

Personnellement, je me sens trahie dans mon vote.

Rédigé par : Gaelle | 1 avr 2005 00:00:32

Je vois ce que vous voulez dire : dans l'optique où plusieurs pays disent non, il serait bon qu'ils ne soient pas tous conservateur et libéraux si on veut un traité moins libéral, donc que la France, qui porterait en plus de son propre non conservateur et nationaliste, un non "de gauche", un oui à une Europe sociale, soit partie prenante des renégociations.
Mais : rien qu'en France, cette optique ne sera que celle de la moitié des gens qui auront voté non (l'autre moitié étant constituée des voix d'extrême droite et d'extrême gauche). Au niveau européen, on aura donc un "quart de pays" qui voudrait une Europe plus sociale et "4 pays et demi" une Europe plus libérale ou pas d'Europe du tout.
Dans l'optique où la France dirait non, on pourra donc ensuite orienter plus "à gauche" une renégociation du traité, mais la balance totale sera plus à droite !
Ne faut-il donc pas adopter ce traité, et parier, espérer, sur un Oui des autres pays ?
C'est comme aux cartes : quand on ne connait pas le jeu des autres, il faut jouer selon le plan qui vous fera gagner si tout se passe bien, et tant pis sinon. Jouer "l'amortissement des pertes" ne mène jamais à la victoire.

Rédigé par : Tcheni | 1 avr 2005 10:19:50

Je suis bien d'accord avec Tcheni. Dans la liste des pays que vous citez, peu sinon aucun votent "NON" car le traité n'est pas assez "social". Mais c'est là l'occasion de définir l'Europe que nous voulons ! Si 5 pays ne veulent pas d'une meilleur intégration politique, le TCE, une fois en application, décrit la marche a suivre pour sortir de cette Europe politique et sociale qui se met en place !!!
Le "NON" de gauche en France brouillera cette distinction .
Si "la gauche" devient majoritaire en Europe, pourra t elle plus facilement mettre en place cette Europe sociale avec ou sans le TCE ? Sans, cela veut dire refaire un nouveau traité, car rien dans Nice ou bien peu, ne permet de faire cette Europe sociale. Mais je me trompe surement...Avec, beaucoup de justification de cette Europe sociale existe et valide la démarche sans redemander un nouveau traité pour faire converger ces points.
Maintenant si vous êtes sur de ne JAMAIS avoir la majorité en France ou en Europe, il est tout a fait normal que vous ne vouliez pas que cet outil, facilitant l'évolution de l'Europe, soit mis entre les mains de nos adversaires politiques.
Au plaisir de lire votre réaction ici ou directement chez moi...

Rédigé par : egdltp | 1 avr 2005 10:38:35

Y a tant à dire à partir de vos post. A la fin du 19ème, le socialiste allemand Bernstein écrivait, "le but final, quel qu'il soit, n'est rien, le mouvement est tout ". Sans rentrer dans la polémique et la vive controverse que cette affirmation a créées dans le mouvement socialiste, j'affirme qu'aujourd'hui la construction européenne a besoin d'un électrochoc politique qui recrée le mouvement là où les libéraux ont enterré tout espoir d'une Europe démocratique et sociale. Aujourd'hui la sociale démocratie européenne est idéologiquement vaincue. Ses choix économiques sont majoritairement libéraux. Pour la fréquenter quasi quotidiennement et sans mépris vis à vis des partis politiques qui la composent, je crois vain l'espoir d'une alternative politique en Europe qui soit exclusivement fondée sur la confiance dans l'orientation et les préférences de la sociale démocratie européenne actuelle. La sociale démocratie européenne a elle aussi besoin qu'un choc politique et social la contraigne à revoir sa doctrine et s'extraire du compromis historique mais aujourd'hui mortifère qu'elle a passé avec la droite européenne. A cela, le non est "nécessaire".

Rédigé par : Benoit Hamon | 1 avr 2005 20:12:43

je ne pense vraiment pas que le NOn socialiste français puisse influer quelque peu sur l'orientation de la social-démocratie européenne. Au contraire,ça l'isolera encore plus en EUrope. le PS est le parti social-démocrate le plus à gauche d'Europe. Avant ou après vote référendaire. C'est pas parce qe les Français auront dit nOn que Schroder, Blair,Perrson, Zapatero, Socrates vont arreter leur politique social-libérale. Le PS a définitivement perdu la bataille du socialisme européen. Il ne va pas y avoir d'électrochoc. pas de rupture. Rien qu'à voir la majorité du PSE. Il doit y avoir à peine 10 % sur la ligne Emmanuelli. (Déjà que pour le peuple Britannique, Hollande est à l'extreme gauche.....cf défaite du Labour face à Thatcher et Major)

quant à parier sur le NON ultralibéral, antieuropéen des Britanniques, des Tchèques, c'ets non seulement dangereux,mais c'est con. Dès que les Français auront dit nOn, tout est arreté : plus de ratification nulle part en EUrope.

de plus, la gauche était majoritaire en Europe à la fin des années 90 ( 11 gvts sociauxdémocrates sur 15, 11 commissaires de gauche sur 20). L'Europe sociale ne s'est pas faite.
ce traité, au contraire, va dans le sens d'une amélioration au niveau social ( Charte des Droits fondamentaux, elle meme arrachée de force à blair)

Acceptons les avancées, et arretons de fantasmer sur des révolutions idéologiques internes au PSE......

Rédigé par : babr | 3 avr 2005 23:20:18

Babr,

il serait de bon ton de modérer un peu tes propos. Tu as le droit de ne pas être d'accord, mais par contre tu devrais éviter de considérer qu'un avis différent du tien est "con". je ne suis pas certain que cela fasse grand bien à la position que tu défends. mais c'est sûr que c'est plus facile de dire que les gens n'ont rien compris que de se remettre en cause soi même...

Rédigé par : Guillaume | 4 avr 2005 13:03:00

Mais Babr a raison sur un point: c'est sur l'absence totale de volonté de changement de la société de la part du PSE...

Rédigé par : michel moine | 4 avr 2005 14:29:35

excusez moi sur le terme de "con". mon attention n'était pas d'insulter. pardon,donc, à ceux qui l'ont pris pour une offense. néanmoins,je persiste à penser qu'il est dangereux de parier sur les NON ultralibéraux et antifédéraliste du Royaume Uni, de la POlogne, de la République Tchèque.
Il faut espérer que la remontée en puissance de la gauche européenne (aujourd'hui en Italie,hier au portugal, demain au Royaume UNi)ramène la social-démocratie vers la gauche. hélas, je ne crois pas que ce soit sa direction.
tout comme je ne pense pas, à l'instar de G.Filoche, qu'il soit possible de créer une dynamique profondément anticapitaliste au sein du PSE et , comme par un coup de baguette magique, de le renverser à gauche.
je sais bien que le socialisme,c'est l'espoir,mais dans le cadre du socialisme européen, je n'ai justement plus beaucoup d'espoir. vu les rapports de force en présence (il n'y a que le PS de non social libéral). et c'ets M.moine qui m'appuie sur cette position. On peut s'interroger pourquoi l'Europe n'a pas considérablement avancé quand il y avait 11gvts sur 15 sociodémocrates, et plus de la majorité des commisssaires de gauche.

mais qu'on ne s'y trompe pas! cette bataille sur le TCE fait (notamment) partie d'une bataille plus globale et pluslongue pour le socialisme européen : ses orientations,sa politique, sa force,comme l'ont très bien montré les argumentaires de Emmanuelli, Filoche,ou d'autres...

Rédigé par : babr | 5 avr 2005 01:03:59

Heu, quand je lis les écrits de soutiens du oui comme Raphaël, plus haut, je me demande : mais l'a-t-il lu ce foutu texte ?

Je me suis fait une opinion en allant lire le TCE sur http://noriaweb.free.fr : c'est abominable ! On ne peut pas à la fois être de gauche et cautionner cette politique de droite qui plante l'Europe depuis quinze ans, accepter qu'elle se retrouve inscrite dans un texte à valeur constitutionnelle.

Jusqu'alors, quand les réacs, les conservateurs voulaient garder le pouvoir, ils inventaient un Sénat. J'aurais été prêt à accepter cette solution pour l'Union Européenne. Mais mettre "en dur" leur politique dans le texte servant de socle à tout l'activité politique, ça fallait en avoir le culot !

Donc moi on peut me montrer tous les gentils petits zeanfants de toutes les couleurs que vous voudrez, déguisez comme vous voudrez, ça changera rien à ce que j'ai vu dans le TCE : l'espoir vibrant d'une destruction de notre société, pour se rapprocher du modèle sud-coréen, où les vieilles dames de 75 ans survivent en distribuant des pubs pour les restaurants à la sortie du métro, pendant que les vieux messieurs de 75 ans ramassent les papiers par terre pour gagner 0.5 euro par jour en les revendant pour le recyclage. Je vous fais une confidence : pendant que nos amis ultra-libéraux tentent de nous faire vivre cela, les coréens, eux, cherchent à en sortir.

Rédigé par : Etienne André | 13 mai 2005 07:47:10

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.