« En quelques mots : quelle est la semaine type du parlementaire européen? | Accueil | Relations transatlantiques bis »

08/01/2005

Relations transatlantiques

Mercredi prochain, sera soumise au vote du Parlement une résolution proposée par le groupe socialiste européen à propos des relations transatlantiques. J’ai co-rédigé et co-signé cette résolution avec trois autres députés socialistes, l’Allemande Erika Mann, l’Autrichien Hannes Swoboda, et le Néerlandais, Jan Marinus Wiersma. Peut on attendre du second mandat de Georges W Bush autre chose que la politique unilatérale du premier mandat ?

Download resolution_ue_usa.doc

Ils sont peu nombreux à le croire. La gestion de crise en Asie du Sud Est après le Tsunami l’a illustré. Le premier réflexe de l’administration Bush aura été de proposer la constitution d’une coalition des pays donateurs autour des États Unis plutôt que d’inscrire la coordination internationale de l’aide sous l’autorité des Nations Unies. Cette initiative a échoué. Elle a été perçue en Europe comme un geste de défi supplémentaire à l’égard de l’ONU. Le signal d’une continuité par rapport au premier mandat.

Reste que l’Europe n’est pas homogène. Elle s’est fracturée au moment de soutenir ou pas l’intervention américaine en Irak. La sociale démocratie européenne n’a pas été épargnée par cette division. Polonais, Britanniques, Hongrois soutiennent la politique de G.W.Bush en Irak. Mais la nature, la légitimité et les buts de cette intervention demeurent très massivement critiqués parmi les socialistes européens. En cela, ils sont en phase avec une très forte majorité des citoyens européens, opposés à cette guerre. Cela ne remet pas en cause la nécessité d’un lien transatlantique fort entre les États Unis et l’Union Européenne. Mais le mérite de cette crise est de pousser les européens à envisager une relation renouvelée, différente avec les États-Unis.

Pour cela, il est utile de comprendre ce qui a changé depuis 4 ans.

Emmanuel Todd résume dans son essai « Après l’empire », le sentiment de bon nombre de citoyens et dirigeants européens : « les États-Unis sont en train de devenir pour le Monde un problème. Nous étions plutôt habitués à voir en eux une solution ».

Auparavant, le pouvoir des États-Unis s’exerçait autant, si ce n’est plus, à travers ce qu’on appelle les mécanismes du "soft power" en opposition au "hard power". Le "hard power", c’est entre autre, la capacité militaire, la production industrielle, la puissance économique et financière, les armes lourdes de la domination. Le "soft power", c’est la capacité d’influence, le poids dans les instances internationales, l’hégémonie culturelle, qui installent la domination américaine par consentement plus que par coercition. Tout cela fait des États Unis une sorte d’empire informel qui règne par une somme de moyens dont l’équilibre global a été bouleversé par la stratégie américaine en Irak. Quels sont ces moyens ?

- Pris isolément chaque pays est plus faible que les États-Unis. Cette dissymétrie des relations bilatérales que l’Amérique entretient avec tous les autres pays fait d’elle le seul vrai dénominateur commun dans le Monde. Cela a permis jusqu’à récemment que les États-Unis soient souvent considérés comme la solution aux problèmes du monde.

- L’Amérique agit davantage par consensus que par contrainte.  Elle recherche l’abri d’un prétendu intérêt général, un cadre multilatéral qui renforce sa légitimité et permet aussi une meilleure répartition des coûts.

- Enfin, l’ordre et la sécurité qu’elle produit doivent bénéficier à tous. Ses alliés doivent trouver un dividende à travailler avec elle.

C’est cet assemblage de moyens qui a été remis en cause par la politique américaine en Irak.

Ces changements appellent les européens à renforcer leur politique étrangère commune d’une part mais aussi à modifier la nature du lien transatlantique. La résolution que nous proposons mercredi au vote du parlement exprime sur ce point, les exigences des socialistes européens. J’aurai pour ma part l’occasion de les formuler directement à l’administration américaine et au Congrès américain début février lors de la visite que j’effectue à Washington avec mon collègue conservateur britannique, Jonathan Evans. Il est président de la délégation des relations entre le Parlement Européen et les États-Unis et j’en suis le Vice-Président.

Quelques conseils de lecture :

« Sortir du monde États-Unis en » d’Immanuel Wallerstein chez Liana Lévi

« Après l’empire : essai sur la décomposition du système américain » d’Emmanuel Todd chez Folio

« La nouvelle puissance américaine » d’Henry Kissinger chez Fayard

Posted by Benoit Hamon on janvier 8, 2005 at 01:00 PM dans Interventions au parlement | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341ca12653ef00d83471c1e169e2

Listed below are links to weblogs that reference Relations transatlantiques:

Commentaires

Bonjour,

Savez-vous que le .doc est un format fermé ? C'est-à-dire que c'est un format qui n'est lisible qu'en achetant le logiciel associé, par exemple Word.

Les inconvénients sont les suivants : pas de pérennité des données (comment ouvrir votre fichier dans 10 ans ?), obligation d'acheter le logiciel associé pour le voir et le modifier (obligation pour vous comme pour vos destinataires), dépendance du fournisseur du logiciel (et s'il triple ses prix à partir de la prochaine version ?) et finalement, difficultés pour diffuser le document (Word n'existe pas pour linux, solaris et BSD).

Des solutions ?

- utiliser un traitement de texte utilisant un format ouvert : OpenOffice.org (logiciel libre), par exemple.
Son format est en discussion pour devenir un standard d'échange de données au parlement européen, je crois.

- si la migration vers un autre programme vous fait peur, convertissez votre document en un PDF (il doit y avoir une imprimante PDF dans la fenêtre d'impression de Word).
Le PDF est un format ouvert : vos données seront lisibles dans 10 ans, il existe plusieurs logiciels (open source et/ou multi-plateformes) pour lire et imprimer votre fichier.
Et vos lecteurs en profitent sans problèmes.....

Olivier.

Rédigé par : Olivier | 18 jan 2005 15:55:41

Bonjour,

C'est en marchant qu'on apprend à marcher...
la prochaine fois j'essaierai de joindre des fichiers au format ".txt"
cordialement

Rédigé par : Benoît Hamon | 18 jan 2005 20:50:09

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.